Joupcha 62 - juin 2018

Par votre pharmacien
Joupcha 62  - juin 2018

2018_06_01 joupcha 62   198-1.jpg

2018_06_01 joupcha 62   198-2.jpg

1/ Pour vous inscrire à notre new letters informatique (attention, elle est différente du journal ; la new letters suit l'actualité avec moins d'articles, par ailleurs plus courts) : http://www.pharmacie-beaumontsuroise.com/newsletter.

2/ Pour les bébés en juin : PROMO laboratoire. Gallia croissance et Novalac croissance : 1 boîte achetée, la 2e à - 50%.

3/ Se soigner avec des plantes n'est pas sansrisque

On peut soulager certains symptômes passagers ou d'intensité modérée à l'aide de plantes. Par exemple en cas d'insomnie, de troubles digestifs ou de constipation passagère.

Éviter les confusions : Le nom complet de la plante est important à connaître: des noms voisins désignent parfois des plantes différentes, qui n'ont pas les mêmes propriétés. Ainsi la verveine odorante (dontlatisane aide parfois à s'endormir) n'a rien à voir aveclaverveine officinale, ni aveclaverveine des Indes, qui est en fait la véritable citronnelle.

"Naturel" ne signifie pas toujours anodin : La composition d'une plante est complexe et n'est pas toujours bien connue en raison delaprésence de très nombreuses substances. Elle varie selon le sol, le mode de récolte etselon les conditions de conservation. Le mode de préparation et les parties utilisées d'uneplante ont aussi leur importance. 

4/ Molluscums: un traitement n'est pas toujours nécessaire (Disparition spontanée)

Les molluscums contagiosums sont des lésions de la peau en forme de petites bulles translucides ou rosées de quelques millimètres de diamètre. Les sommets des bulles sontsouvent légèrement creusés. Les molluscums sont causés par un virus et guérissent spontanément en 8 mois environ. Les molluscums touchent surtoutlesenfants, les adolescents et les adultes jeunes. Ils provoquent parfois desdémangeaisons et sont plus ou moins gênants ou inesthétiques selon leur nombre etleurlocalisation. Toutes les zones du corps sauf les paumes des mains et les plantes despieds peuvent être atteintes. Ils laissent parfois des cicatrices.

Les lésions sont contagieuses par contact direct ou par l'intermédiaire du linge de toilette ou lors de bains partagés (notamment en piscine). Pour limiter la transmission, il est préférable decouvrir les lésions par des vêtements ou par des pansements, et de ne pas partager lelinge detoilette. Le grattage des lésions facilite leur dissémination et le risque d'infection par des bactéries.

Éventuellement un traitement par curetage ou azote liquide : En cas de fortes démangeaisons, ou pour des raisons esthétiques, ou quand il s'agit d'éviter ladissémination du virus à d'autres parties du corps ou à d'autres personnes, un traitement physique peut être proposé. Il vise à détruire les molluscums et à accélérer la guérison. 

5/ Constipation : on parle de constipation lorsque l'émission des selles est inférieure à trois par semaine. 

Il en existe 2 types.

a/ la constipation de progression ou de transit, due à la lenteur de la progression des matières fécales à l'intérieur de l'intestin.Elle est caractérisée par des selles dures et rares, évacuées sans difficultés, mais qui restent trop longtemps dans le côlon (gros intestin).

b/ la constipation terminale ou d'exonération lorsque les selles progressent normalement mais sont difficiles à émettre, ou elles le sont de manière incomplète. Il s'agit d'une difficulté d'évacuation liée à un mauvais fonctionnement de la dernière partie du côlon (rectum et anus). Parfois, les deux types sont associés.

La constipation sévère est une constipation ayant une fréquence de moins d'une selle par semaine et résistante aux traitements médicaux. Elle peut être aiguë, intervenant brusquement et pendant une durée réduite, ou bien chronique, pendant une durée de plusieurs mois ou années.

Les trois facteurs mis en cause sont le bol fécal, la musculature abdominale et le réflexe sphinctérien (muscle qui commande l'ouverture ou la fermeture anale).

La constipation bénigne, sans cause organique, est due à une diminution du volume du bol alimentaire du fait d'une insuffisance d'hydratation des selles ou d'une restriction alimentaire.Résultat : le bol fécal qui reste dans l'intestin après la digestion n'est pas assez lourd. La pression exercée sur les parois intestinales n'est pas suffisante pour déclencher les mouvements nécessaires à l'évacuation des selles.

Parallèlement, la motricité intestinale peut être ralentie en raison d'un manque d'activité physique ou de perturbations psychologiques : le stress et l'anxiété peuvent bloquer l'envie d'aller à la selle et rendent l'exonération douloureuse.

Les femmes sont particulièrement touchées, pendant la grossesse (29 %) et au cours du post-partum (33 %). En effet, la diminution des contractions intestinales provoquée par les modifications hormonales et la compression de l'utérus gravide s'associent pour ralentir le transit et rendre plus difficile l'émission des selles. (suite de l'article numéro suivant).

6/ Les vitamines, de A à K : Dans vitamine, il y a vie. Ces éléments sont en effet indispensables au fonctionnement de l'organisme et interviennent, soit comme catalyseur, soit comme co-enzyme, dans de nombreuses réactions biologiques. Les vitamines sont en majorité exogènes (le corps ne les fabrique pas), d'où la nécessité d'un apport extérieur, par l'alimentation ou la supplémentation.

La vitamine A correspond à une famille dont le chef de file est le rétinol. Dans les aliments, la vitamine A est présente sous forme de provitamine A, les caroténoïdes. Cette vitamine intervient dans la vision et dans l'immunité, et présente des propriétés cicatrisantes. Elle est nécessaire à la gamétogenèse et à l'embryogenèse. La carence en vitamine A est une des principales causes de cécité chez l'enfant dans les pays pauvres.

7/ Adolescence : ne pas émettre de jugement

Fumer un joint, boire une bière relève simplement d'un comportement d'expérimentation normale tant que l'usage de ces produits ne devient pas chronique, avec un adolescent qui s'enferme dans une attitude de «foutu pour foutu…», signalant sa difficulté à gérer le virage de la puberté. Enfin, si un peu d'agressivité est normal à cet âge (les parents ne comprennent rien et les petites sœurs sont idiotes, c'est bien connu), elle ne doit pas s'installer et évoluer en tyrannie domestique.

Dans tous les cas, si les parents ne peuvent plus interdire, ils peuvent conduire les adolescents à se poser des questions avant que les comportements à risque se produisent. «Si des copains te proposent un joint, tu fais quoi?» «Si une fille veut faire l'amour avec toi, tu sais déjà comment tu vas réagir ?» Le fait de ne pas émettre de jugement leur indique que les parents connaissent les risques et qu'ils peuvent répondre à leurs questions, une attitude essentielle pour les aider à délimiter la route qu'ils aimeraient suivre une fois adultes. Engagez le dialogue plutôt que faire l'autruche.

8/ Les produits conseils

Les traitements sont symptomatiques (ils traitent les symptômes) et associent des antidiarrhéiques, des antiémétiques, des antispasmodiques, des antinauséeux… L'administration d'un antibiotique n'a évidemment aucun intérêt puisque l'étiologie est virale. Ce ne sont pas des médicaments au rabais. Bien souvent, ce sont des médicaments que les médecins ont prescrit pendant des dizaines d'années, lorsque le niveau de formation des populations n'était pas celui actuel : cela nécessitait une plus grande surveillance. D'autre part, de nouveaux médicaments sont apparus, plus puissant et les médecins ont arrêté de prescrire les plus anciens : ces nouveaux médicaments ont souvent plus d'effets secondaires potentiellement graves, ce qui explique qu'ils restent réservés à la prescription par un médecin.

9/ Médicaments et prévention: idée reçue à combattre

L'aspirine, ça soigne tout : un compriméd'aspirine et tout va mieux. Pour beaucoup, l'aspirine est encore considérée comme le médicament miracle. C'est vrai que l'aspirine a des propriétés antalgiques et antipyrétiques prouvées. Cependant, c'est un médicament qui doit être administré avec prudence et son utilisation mérite des conseils. L'aspirine est contre-indiquée chez la femme enceinte à partir du 6e mois (à 5 mois révolus). Les personnes ayant des antécédents d'ulcère gastro-intestinal, d'hémorragie, ou traitées par anticoagulants ou anti-inflammatoires ne doivent pas prendre d'aspirine. Enfin, l'utilisation de l'aspirine est à éviter en cas d'infection virale (varicelle) en raison du risque de syndrome de Reye. En cas de fièvre, le médicament de première intention est le paracétamol.

10/ GBL et GHB, drogues de synthèse qui inquiète : le préfet de police de Paris rapporte 50 à 100 comas par an.

Le 10mars, dans un club parisien, deux jeunes gens sont tombés dans le coma après avoir budans des bouteilles ne leur appartenant pas. Après plusieurs semaines d'hospitalisation, l'un d'eux est décédé. Face à la recrudescence d'événements dramatiques, le Collectif Action Nuit a interpellé les autorités pour signaler «l'accès trop facile à ces produits potentiellement mortels» (le GBL est une substance interdite depuis 2011et pourtant accessible sur Internet). Le collectif liste ses actionsau quotidien: vidéosurveillance des accès et espaces publics, filtrages et consigne des boissons à l'entrée, formation des équipes de service et de sécurité aux risques en milieu festif, formation aux gestes de premier secours de toutes les équipes, équipement de premiers secours, diffusion de documents de prévention agréés par les autorités sanitaires et de police, affichage public, etc. Mais il a besoin de relais: «Nous demandons aux pouvoirs publics de l'aide face à une situation que nous ne pouvons gérer seuls.» Il réclame ainsi des «moyens légaux dissuasifs plus efficaces».

11/ Contraception : les spermicides locaux ne sont pas fiables à 100%. Il faut donc associer un moyen contraceptif mécanique. Attention, certains spermicides locaux sont contre-indiqués avec le caoutchouc. Rappelons que les spermicides ne constituent pas un moyen de protection contre les Maladies Sexuellement Transmissibles.

12/ Efficacité du préservatif : on note 25% d'échecs. A rappeler aux ados avant qu'ils n'expérimentent...

13/ Attention aux seringues trouvées dans la nature : les virus présents dans le sang peuvent être contaminants très longtemps.

14/ Danger Soleil : il faut se protéger des UV.B mais aussi des UV.A maintenant reconnus des mêmes risques de cancers, de vieillissement de la peau.... La protection nécessite une crème solaire d'indice élevé en quantité suffisante : un adulte d'1m70, de 65 kg devrait utiliser un tube de 100ml de crème solaire en 3 fois. Mais souvent la quantité qu'il met transforme l'indice du tube : par exemple un indice 50 devient un indice 2,7.

15/ Pour rire : Mon cousin a eu un accident de voiture en allant à l'horoscope de Poitiers.