Joupcha 60 - avr 2018

Par votre pharmacien
Joupcha 60  - avr 2018

2018_04 joupcha 60 15-1.jpg

2018_04 joupcha 60 15-2.jpg

1/ NOUVEAU : Nous ouvrons en plus le lundi matin de 9h à 12h15 et NON STOP du Mardi au Samedi. Soit 17 heures de plus.

Lundi 9h-12h15 14h30-19h15

Mardi au Vendredi 8h30 - 19h30 NON STOP

Samedi 8h30 - 18h30 NON STOP

2/ Avril : mois des naissances. Venez découvrir nos offres spéciales sur GALLIA et NOVALAC.

3/ Prévention de la borréliose de Lyme : Cette maladie est transmise par piqûres de tiques infectées. La densité et la proportion de tiques infectées, en France, sont très variables selon les régions et la période de l'année. La tique vit dans les zones boisées et humides, les herbes hautes, les parcs et sont absentes à plus de 1500 mètres d'altitude. La meilleure prévention est de porter des vêtements longs, un chapeau et d'utiliser des répulsifs .

L'apparition d'une zone rouge de grande taille (supérieure à 5 cm) dans le mois qui suit doit faire consulter le médecin en vue d'un traitement antibiotique préventif de la maladie de Lyme.

4/ Iatrogénie chez la personne âgée: alerte au sous-dosage : On connaissait les effets du surdosage de médicaments chez les personnes âgées. Mais les conséquences délétères du sous-dosage restaient jusqu'à présent mésestimées. (Université de Gand - Belgique)

5/ Les traitements de l'arthrose :

Mesures générales toujours essentielles.À commencer par perdre un peu de poids, ce qui soulage le fonctionnement des genoux et diminue l'usure du cartilage. Il faut aussi éviter les traumatismes articulaires, surtout répétés.

Les traitements médicamenteux symptomatiques de première intention sont représentés par le paracétamol et les anti-inflammatoires non stéroïdiens. Il faut utiliser le paracétamol à dose suffisante (3 à 4 g par jour) avant de conclure à son inefficacité. Il est recommandé de privilégier leur emploi par cures, plutôt qu'au long cours.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont des antalgiques efficaces dans la pathologie arthrosique, mais la gravité potentielle de leurs effets indésirables (digestifs et cardiovasculaires ; à ce sujet rappelons que la prise concomitante d'un antiacide, le plus souvent un inhibiteur de la pompe à protons, prévient les effets indésirables gastriques mais pas les saignements occultes intestinaux, assez fréquents chez les patients âgés) lors d'administrations prolongées implique un usage prudent en privilégiant les cures courtes. Leur prescription ne doit donc être envisagée qu'en deuxième intention, le plus souvent en association avec le paracétamol, après évaluation précise du r. isque cardiovasculaire et digestif.

Les infiltrations de corticoïdes (non fluorés) sont très utilisées, notamment au niveau du genou, mais pas pour la hanche, lors des poussées inflammatoires. Leur nombre ne doit pas dépasser 3 par an et par articulation.

Des injections d'acide hyaluronique (Hyalgan, Synvisc…), un polysaccharide entrant dans la composition du cartilage et de la synovie, sont pratiquées à un rythme en général d'une par semaine pendant 3 à 5 semaines. Il s'agit du concept de la viscosuppléance, essentiellement mis à profit pour le genou : la substance injectée lubrifie le cartilage, absorbe les chocs mécaniques et favorise ainsi une plus grande mobilité.

Enfin, on peut aussi penser, en complément, à la micronutrition (Artixine), à la phytothérapie (reine-des-prés, saule blanc, frêne, harpagophytum, fraisier, cassis, cochléaire, cresson, raifort, raifort, argousier, églantier, groseillier, framboisier…), à l'homéopathie (Bryonia, Actea spicata, Ruta graveolens…) et aux oligo-éléments (or, zinc, sélénium, cuivre).

6/ Personnes âgées, des défenses naturelles âgées ! Un véritable cercle vicieux

Avec l'âge, l'immunité à médiation cellulaire est plus sévèrement touchée que celle à médiation humorale : ralentissement de la maturation des lymphocytes T et diminution de l'ensemble des fonctions des lymphocytes, d'où un déficit immunitaire léger à l'état d'équilibre, mais qui peut entraîner un effondrement des fonctions lymphocytaires en cas de besoins accrus.

Chez le sujet âgé, des facteurs indirects peuvent prédisposer à l'infection, notamment les maladies chroniques et dégénératives, dont certaines, comme la bronchite chronique par exemple, altèrent les moyens de défense naturels. Les déficiences nutritionnelles (déficience d'apport et déficience de type endogène avec sécrétion de cytokines), très fréquentes chez le sujet âgé, entraînent aussi un déficit immunitaire qui va se cumuler avec le vieillissement, pouvant aboutir à un déficit sévère.

Il se produit alors un véritable cercle vicieux : le déficit immunitaire favorise l'infection qui va conduire à la production de cytokines, entraînant une dénutrition endogène et un déficit immunitaire encore plus profond.

Un vieillissement qui n'épargne pas le microbiote intestinal

Avec l'âge, les modifications physiologiques et du mode de vie, le comportement nutritionnel, les fonctionnalités diminuées du système immunitaire et les traitements médicamenteux affectent l'écosystème intestinal.

Avec le vieillissement, notamment, le système immunitaire devient moins tolérant aux bactéries commensales de l'appareil digestif, au profit de bactéries plutôt pro-inflammatoires, ce qui induit un déséquilibre (ou dysbiose). Mais, la nature même de ces modifications du microbiote et de leurs conséquences potentielles sur l'état de santé reste encore mal connue.

Cependant, l'étude ELDERMET chez le sujet âgé souligne le rôle prépondérant du lieu de résidence (hôpital, domicile, maison médicalisée) et de l'alimentation sur la composition du microbiote intestinal, les personnes vivant à domicile tendant à avoir un régime plus équilibré. De plus, les différences de composition du microbiote intestinal sont corrélées avec plusieurs marqueurs cliniques tels que la dépression gériatrique, la tension artérielle ou encore le statut inflammatoire.

Des données qui suggèrent également l'intérêt d'une modulation du microbiote intestinal du sujet âgé par l'alimentation (fibres à effets prébiotiques) ou des supplémentations en bactéries probiotiques NHCO.

7/ Conseils dermocosmétiques pour peaux acnéiques 

1er geste : nettoyage quotidien de la peau, un geste essentiel afin d'éliminer les résidus de maquillage, de pollution ainsi que les cellules mortes qui obstruent les pores de la peau.

Nettoyez la peau en douceur deux fois par jour, avec des soins d'hygiène adaptés, pour lutter contre l'hyperséborrhée.

N'utilisez pas de savon de Marseille (desséchant), ni de nettoyants trop doux comme les savons pour bébé (trop gras), ni de produits alcoolisés ou antiseptiques (irritants et/ou sensibilisants et inefficaces).

Utilisez des gels ou des pains dermatologiques pour peaux acnéiques, respectant le pH cutané (pour ne pas aggraver les effets irritants de certains traitements) : savons surgras, pains dermatologiques, lotion nettoyante sans rinçage.

Terminez le nettoyage avec une pulvérisation d'eau thermale.

2e geste : désobstruer les glandes sébacées. L'exfoliation de la peau permet de désobstruer les glandes sébacées. Il est important de ne pas utiliser d'exfoliant à grains, qui irritent la peau et aggravent l'inflammation de la peau :

En cas d'acné légère : application de lotions astringentes, de crèmes exfoliantes à base d'acides de fruits ou de produits de gommage enzymatiques qui permettent d'ouvrir les comédons et de désobstruer les glandes sébacées ;

Deux à trois fois par an, un nettoyage de peau peut être effectué par le dermatologue afin d'ôter les microkystes et les comédons.

3e geste : hydratation de la peau

Hydratez la peau avec une crème hydratante ou apaisante pour neutraliser l'effet desséchant des traitements antiacnéiques locaux et par voie orale.

Appliquez une fois par jour une crème hydratante non comédogène, adaptée aux peaux à tendance acnéique. N'oubliez pas les lèvres (baume labial) et les yeux (instillation plusieurs fois par jour de larmes artificielles).

Photoprotection solaire en cas d'exposition au soleil car ce dernier interagit avec la plupart des traitements : appliquez un écran total, à renouveler toutes les deux heures en cas de fort ensoleillement. De plus, la protection solaire permet de limiter le risque de pigmentation des cicatrices chez les sujets à peau mate et foncée.

CONSEILS PRATIQUES

Évitez de percer les boutons de façon générale, sous peine de provoquer des poussées inflammatoires ; le cas échéant, n'utilisez pas d'alcool trop agressif et qui dessèche la peau, mais un produit ou un patch désinfectant.

Maquillage possible à condition d'utiliser des produits de maquillage et de camouflage adaptés aux peaux acnéiques (non gras et non comédogènes). Un produit de maquillage couvrant peut être appliqué une heure après l'application du traitement local.

Attention aux huiles essentielles qui stimulent les glandes sébacées.

8/ L'impact de l'exposition au tabac in utéro sur le nouveau-né : On a retrouvé chez les enfants de mères tabagiques une température plus basseainsi qu'un poids, une taille, un périmètre crânien et une perte pondérale moins importants. Ces enfants sont hyperexcitables, hyperphagiquesune exposition tabagique prénatale altère la structure du sommeil des nouveau-nés prématurés, qui est caractérisé par des diminutions du temps total de sommeil (- 18%) et de la durée relative de sommeil calme (- 34%) ainsi que par une augmentation de la durée relative de sommeil agité (+15%).

9/ Vacciner la femme enceinte pour protéger la mère et le bébé : 

Plusieurs sociétés savantes ont invité, mercredi dernier, les femmes enceintes à se faire vacciner contre la grippe saisonnière pour se protéger elles-mêmes et prévenir les grippes graves chez leurs bébés au cours des six premiers mois de leur vie.

10/ Boissons édulcorées : le risque d'AVC et de démence augmente dès un verre par jour.

La consommation quotidienne de boissons renfermantdesédulcorants de synthèse pourrait augmenter le risque d'AVC et de démence, selon une étude américaine.

11/ Pour rire : Etat : Système mafieux le mieux organisé de tous les temps.