JOUPCHA 37 - sept 2015

Par votre pharmacien
JOUPCHA 37  - sept 2015

2015_09 joupcha 37 sans filigrame-page-001.jpg

2015_09 joupcha 37 sans filigrame-page-002.jpg

N° 37 - sept 2015 Principale Source : Prescrire (revue Médecins-Pharmaciens, indépendante des lobbies industriels, financée par ses lecteurs.)

JOUPCHA, le JOUrnal de votre Pharmacien à la Pharmacie du CHAteau à Beaumont / Oise.Envoyez une photo illico de vos ordonnances par SMS au 06 03 87 76 97.

Votre ordonnance sera préparée dans l'heure.

1/ Si vous voulez vous inscrire pour recevoir notre new letter avec les promotions, flaschez !    

Ou demandez nous à vous inscrire : nous nous ferons un plaisir de le faire >>>> 

2/ Notre site internet a été refait complètement pour être beaucoup plus rapide.

    Six nouveaux journaux en ligne dans notre onglet Archive. N'hésitez pas à aller le visiter.

3/ Orthopédie : 4 docteurs en pharmacie pour vous appareiller le mieux possible / Une nouvelle salle d'Orthopédie spacieuse / Une forte augmentation des matériels disponibles immédiatement. Rappel d'orthopédie : 

Ligament : courte bande de tissus conjonctif, qui relie les os entre eux. Il assure la mobilité de l'articulation, protège son intégrité et limite les mouvements non anatomiques. On parle d'entorse lorsque un mouvement abîme le ligament (distension-rupture).

Arthrose : dégénrérescence puis destruction du cartilage. Elle s'accompagne d'une prolifération osseuse sous le cartilage. L'atteinte est plus fréquente chez les personnes âgées ou les polytraumatisés. Les mouvements sont de plus en plus douloureux. La cartilamine donne des résultats exceptionnels avec reconstitution du cartilage (minimum de traitement 2 ans, beaucoup de retours patients enthousiaste _ une patiente a pu recommencer à coudre _ ).

Tendinite : Inflammation du tendon, due à des mouvements mal faits, répétés et au frottement du tendon sur l'os, qui va provoquer la rupture de quelques fibres. Ces micro-ruptures s'accompagent d'une réaction inflammatoire douloureuse. On n'immobilise pas : il faut identifier la cause et rectifier le geste.

Déchirure musculaire : Rupture d'un grand nombre de fibres musculaires. Souvent assimilée à un coup de poignard, la douleur soudaine et violente impose l'arrêt immédiat de l'exercice. La rupture est accompagnée d'une hémorragie locale. Compression immédiate et très large, pour éviter hématome (lhématome retarde la cicatrisation de 3-4 semaines).

4/ Où la fessée prend une déculottée ! Dr Jean-Marc Retbi JIM (Journal International Médecine) / Taylor C et coll. Mothers' spanking of 3-year-old children and subsequent risk of children's aggressive behavior. Pediatrics 2010

Les châtiments corporels créent des troubles du comportement ou les aggravent. L'étude Taylor montre que les fessées rendent les jeunes enfants agressifs (Aux USA, comme en France, les châtiments corporels familiaux sont fréquents).

Les enfants qui ont reçu plus de deux fessées à 3 ans ont deux fois plus de chances de se retrouver dans le groupe des « plus agressifs» que ceux qui n'ont pas été fessés ; ceux qui en ont reçu une ou deux, 1,4 fois plus de chances.

Après ajustement de divers facteurs (niveau d'agressivité de base, sexe, maltraitance de l'enfant, stress, dépression, consommation d'alcool ou de drogues, violence conjugale...), seule l'association entre un nombre de fessées supérieur à deux à 3 ans et l'agressivité à 5 ans reste significative.

Sans parler des droits des enfants, les preuves de la nocivité et de l'inutilité des châtiments corporels s'accumulent, et il existe des punitions non violentes, comme la « mise au coin» recommandée par les sociétés pédiatriques. Pourtant, certains parents restent convaincus qu'une tape ou une fessée peu appuyée, de temps à autre, est un bon moyen éducatif. Les résultats ci-dessus suggèrent au contraire que les fessées augmentent le niveau d'agressivité des jeunes enfants.

Témoignage personnel sur l'utilité de la fessée : mon 2e fils a eu une tumeur à l'oreille détectée à 3 ans. Il faisait des colères interminables comme souvent les enfants mal entendants. Il a eu une fois une fessée d'une inefficacité parfaite, il était inaccessible à la perception de la fessée. On aurait pu lui en donner une bien plus forte, cela n'aurait eu aucun résultat. La mise au coin a permis assez rapidement d'endiguer les colères. Bien sur, il faut être ferme et ne jamais accepter le franchissement d'une règle qu'on a défini. On peut joindre une phrase "tu sortiras du coin, lorsque tu auras réfléchi à ton acte et à ce que tu aurais du faire" puis en parler avec lui, lui expliquer les risques notamment. La mise au coin permet aussi à l'adulte de se calmer, sans remords.

5/ Travail de nuit : Il concerne un nombre croissant de salariés (15,4% des salariés = 3,5 millions de personnes ; doublement en 20 ans). Parmi les effets sur la santé, il y a un risque cardiovasculaire plus élevé : conseils nutritionnels pour les collations et les repas.

"En travaillant la nuit et en dormant le jour, on a une désynchronisation des rythmes biologiques, explique le Dr Laurence Plumey (médecin nutritionniste, hôpital Necker). Il y a des hormones qui s'adaptent et d'autres pas du tout ; c'est le cas du cortisol, de l'insuline et de la mélatonine."

Les conséquences pour un travailleur de nuit sont dans l'immédiat une très forte somnolence vers 2-3h du matin avec un risque élevé d'accidents du travail – c'est donc le moment de faire une pause et de prendre une collation qui réveille –

et par la suite une dette de sommeil qui s'aggrave dans le temps quand le sujet récupère mal. 

Les études montrent aussi une tendance au surpoids, au diabète, à l'élévation du LDL-cholestérol et donc à un risque cardiovasculaire plus élevé. 

Enfin, les travailleurs de nuit se plaignent plus souvent que les autres de troubles digestifs, de tendance à la dépression.

On constate que ces travailleurs ont des collations trop grasses et trop sucrées, et dans la journée ils prennent le plus souvent deux repas (au lieu de trois). Ils grignotent beaucoup.

Collation de la nuit :

Selon le Dr Plumey, "elle doit privilégier les protéines et les glucides lents, car le sucre et le gras endorment. Il faut donc éviter le café sucré, les sodas sucrés, les viennoiseries, les sandwichs au pâté ou au saucisson,

Pour les femmes, préférez une salade composée maison avec crudités, jambon ou oeuf, yaourt et fruit, pain complet ou simplement fromage blanc, compote, pain complet et quelques carrés de chocolat, avec un café ou du thé.

Pour les hommes, sandwich crudités, un peu de fromage et un fruit ou un plat maison à réchauffer avec viande et légumes-féculents, et un fruit. 

Evitez le café après 2-3h du matin, car cela risque d'altérer la qualité du sommeil récupérateur.

Repas de la journée, pour éviter le grignotage : il faut maintenir les 3 repas, même s'ils sont décalés.

 Le petit déjeuner vers 5 ou 6h du matin, avant d'aller dormir : quelques biscuits ou du pain beurré ou des céréales, un yaourt ou du lait, un fruit ou un jus de fruit.

Le déjeuner vers 14h quand la personne se réveille : repas complet (crudités en entrée, plat principal, yaourt et fruit).

Le dîner doit être suffisant pour tenir jusqu'à la collation de 2-3h du matin mais pas trop non plus pour maintenir la vigilance : un plat, pain, fromage, fruit. 

Enfin, pour limiter le risque de surpoids et de maladies cardiovasculaires, il est vivement conseillé de bouger, de faire du sport pendant l'après-midi et durant le week-end.

Le site www.paroledenutritionniste.com du Dr L. Plumey donne de nombreux conseils.

6/ Enfants et médicaments: éviter les accidents. 

Ne laissez aucun médicament à la portée ou à la vue des enfants,

Sortez les uniquement au moment de la prise puis rangez-les aussitôt. 

Rapportez les médicaments non utilisés en pharmacie. 

Rangez aussi hors de portée les gels hydroalcooliques, les bains de bouche à base d'alcool, les chewings-gums, patchs, cigarettes électroniques contenant de la nicotine.

Eliminez aussi les patchs usagés car il contiennent encore des substances actives. 

Veillez aussi à ne pas confondre les dosettes entre elles.

Ne séparez pas les boîtes de leur contenu.

7/ Déshydratation lors d'une diarrhée : on connaît le risque chez le bébé (7,8 décès pour 100 000 aux USA) mais il existe aussi chez les personnes âgées (14,8 décès pour 100 000 sujets de plus de 74 ans). Pensez toujours à réhydrater avec Adiaril. Evitez temporairement le café, les laitages (risque d'intolérance au lactose), et les boissons "allégées".

Il faut aussi limiter la transmission de la diarrhée à l'entourage par lavage soigneux des mains du patient après chaque selle ou miction et avant chaque repas. Toute personne ayant été en contact direct avec le patient, ses vêtements et ses objets familiers doit aussi se laver les mains. (source: Prescrire n197)

8/ Les hémorroïdes : savoir en parler. (source: revue APR)

a/ En seraient plus souvent atteints : Méditerranéens, Africains du Nord, Israélites, certaines familles prédisposées.

b/ causes déterminantes : la sédentarité, la position assise prolongée.

c/ facteurs déclenchants une crise : troubles du transit intestinal (constipation ou diarrhée), accouchement, règles, grossesse, certains sports (cyclisme, équitation...), intolérance locale à des antibiotiques, anti-inflammatoires, suppositoires, excès de table (mets épicés, alcool, café), ceintures trop serrées, tabac.

d/ prévention : réguler la constipation sans laxatifs irritants et la diarrhée par des pansements absorbants.

9/ Colopathie fonctionnelle : à bannir. On parle maintenant de syndrome de l'intestin irritable car ce n'est pas une maladie psychosomatique. Ce syndrome est lié à une anomalie de la sensibilité digestive (le malade a un seuil douloureux abaissé) et à des troubles de la motricité digestive. S'il le juge nécessaire, le médecin pourra prescrire une coloscopie. Et sauf modification des signes, la répétition d'une coloscopie normale est inutile voire dangereuse avant plusieurs années. Il existe un risque de complications pour beaucoup d'examens ou d'interventions chirurgicales. (Dr Cuzin Emmanuel).

10/ Durée d'ébullition de l'eau de boisson : il est conseillé de porter l'eau à ébullition, à gros bouillon, durant 1 minute en général (eau propre, sans particules en suspension) et durant 3 minutes à une altitude supérieure à 2 000 mètres.

  Pour la désinfection artisanale des dispositifs médicaux, les dispositifs doivent être immergés dans l'eau bouillante pendant 30 minutes (à compter de la reprise réelle de l'ébullition) pour la destruction de tous les virus et des spores bactériennes). (Source = Prescrire n°218,, revue indépendante des lobbies industriels ou d'état, financée par ses lecteurs médecins et pharmaciens)

11/ Perles pour rire : * J'ai un ongle de pied incarcéré. * Je veux un remède de cheval, pour aller à la selle.

* La pharmacienne : « A quelle caisse êtes-vous Madame ? ». La cliente : « A la caisse d'épargne ! »

* Mon cardiologue va me faire un pince main cœur. * J'ai failli faire une conclusion intestinale.

Notre site http://www.pharmacie-beaumontsuroise.com