JOUPCHA 34 - avr 2015

Par votre pharmacien
JOUPCHA 34  - avr 2015

2015_04 joupcha 34 sans filigrame-page-001.jpg

2015_04 joupcha 34 sans filigrame-page-002.jpg

N° 34 - avr 2015 Principale Source : Prescrire (revue Médecins-Pharmaciens, indépendante des lobbies industriels, financée par ses lecteurs.)

JOUPCHA, le JOUrnal de votre Pharmacien à la Pharmacie du CHAteau à Beaumont / Oise.

Envoyez une photo illico de vos ordonnances par SMS au 06 03 87 76 97.

Votre ordonnance sera préparée dans l'heure.

1/ Si vous voulez vous inscrire pour recevoir notre new letter avec les promotions, flaschez ! >>>> 

2/ Prévention du suicide : comment aider un proche en souffrance : (Source : Univadis.ff JIM 2013)

10 400 personnes se suicident chaque année en France. 6 personnes se trouvent endeuillées en moyenne par suicide. 250 000 tentatives de suicide et plusieurs millions de crises suicidaires. La prévention et l'accompagnement des personnes en souffrance sont primordiaux. L'association SOS suicide Phénix nous dit : "Nous sommes tous des acteurs de prévention à notre échelle".

Comment repérer une personne à risque parmi ses proches (signes de malaise souvent difficiles à percevoir) ? 70% des personnes qui mettent fin à leurs jours souffrent de dépression et manifestent troubles du sommeil, angoisse, perte d'intérêt, isolement, rumination d'idées noires.

On connaît mieux les facteurs de risque : l'âge (1° cause de mortalité chez les 24-35 ans), le sexe (3/4 des passages à l'acte concernent les hommes), les conduites addictives, l'isolement social, l'antécédent de troubles psychiatriques.

Comment ouvrir le dialogue ? Pour ne pas braquer, une approche en douceur, qui permet à la souffrance de l'autre de s'exprimer, en bannissant "le violent _tu devrais voir un psy_". Orientez la personne vers un professionnel de l'écoute, en lui transmettant les coordonnées d'une association. Alertez l'entourage comme l'assistante de vie d'une personne âgée.

Ne pas se transformer en psy à la petite semaine, prévient le Pr Debout : vous devez vous limiter à "écouter, alerter et accompagner".

3/ Exercices en cas de problème de circulation veineuse :

Vous souffrez de troubles de la circulation veineuse des jambes, alors pratiquez un exercice physique. On recommande la marche car elle stimule les mécanismes naturels, tout comme la natation et le vélo

Lors des stations assises ou debout prolongées, faites des mouvements de la cheville pour stimuler les muscles du mollet. Cela chasse le sang veineux vers le cœur.

Portez des vêtements amples qui ne gênent pas et ne compriment pas les veines des jambes, de l'aine et de la taille.

Portez des chaussettes, des bas ou des collants de contention adaptés : consultez-nous.

Dormez les pieds légèrement surélevés. Une alimentation saine et équilibrée vous évitera les ballonnements intestinaux ou la constipation qui compriment les veines au niveau de l'abdomen.

Préférez des chaussures avec un talon modéré ; Evitez les bottes car elles maintiennent la jambe au chaud.

4/ Les tablettes tactiles au palmarès des nouvelles technologies mettant à mal la santé :

Les masseurs-kinésithérapeutes soignent de plus en plus d'utilisateurs atteints de douleurs cervicales ou dorsales. Les tablettes tactiles posent plus de problèmes que l'ordinateur : il est beaucoup plus difficile de trouver les bonnes positions. Le côté nomade amène des usages mauvais pour notre corps (Aux USA, épidémie récente de torticolis).

Eviter les problèmes en utilisant votre tablette toujours bien calé, dans un lit ou un fauteuil : si on a la tête tournée, ça ne va pas. Le cou doit pouvoir se reposer avec un appui-tête ou un coussin. Posez vos bras et ayez l'écran en face des yeux.

Autre douleur : les tendinites des fléchisseurs des doigts (en particulier du pouce). Ces troubles se manifestent par des douleurs, voire des blocages des doigts en flexion. Le Dr Juvenspan, de l'Institut Français de Chirurgie de la Main (Paris), indique que cette pathologie, touchant traditionnellement des personnes de 40 à 60 ans, survient désormais plus tôt, parfois même chez des adolescents. Pas encore de preuves mais de forts soupçons.

Le seul conseil à prodiguer chez les personnes qui rencontrent ce type de gêne et de douleurs est de réduire le temps passé à manipuler ces appareils. Si les douleurs persistent, des traitements anti-inflammatoires voire des infiltrations peuvent être envisagés. Chez des patients plus âgés, on peut en dernier recours orienter vers une solution chirurgicale.

5/ Les normes NFS (numération de la formule sanguine) 

La Numération Formule Sanguine (NFS) est un examen sanguin permettant de compter le nombre de chacune des 3 catégories de cellules sanguines :

• Hématies (globules rouges) : elles sont responsables du transport de l'oxygène dans le sang. Entre 4 et 5,7 milliards / mm3 pour un adulte et entre 3 et 5 milliards / mm3 chez l'enfant.

• Leucocytes (globules blancs) : ce sont les cellules du système immunitaire. Taux normal entre 4 000 et 10 000 /mm3 pour les adultes et entre 4 500 et 13 000 chez les enfants.

• Plaquettes : elles jouent un rôle dans la coagulation sanguine. Taux normal entre 150 000 et 400 000 / mm3 chez l'adulte et l'enfant.

Lors de cet examen, on contrôle aussi d'autres éléments sanguins :

• Hémoglobine : protéine contenue dans les globules rouges et transportant l'oxygène. Le taux normal se situe entre 14 et 17g / 100 ml pour un adulte et entre 12 et 14,5g / 100 ml chez un enfant.

• Le Volume Globulaire Moyen (VGM) : Il évalue la taille moyenne des globules rouges.

• L'hématocrite : volume occupé par les globules rouges par rapport à la quantité totale de sang.

La NFS, examen fréquent, nous renseigne sur une éventuelle anémie (globule rouge) ou une infection (globules blancs).

6/ En voyage, mettez une partie de vos médicaments dans vos poches (secours en cas de perte ou de retard de votre valise).

7/Personnes âgées : surveillez la dénutrition et traitez-là. La dénutrition touche jusqu'à 70% de patients après l'hospitalisation. De 400 000 à 1 millions de personnes âgées vivent chez elles et sont dénutries.

Le déséquilibre entre apports alimentaires et besoins nutritionnels est grave pour la santé et augmente la mortalité mais aussi la fragilité aux maladies. Le plan national Nutrition Santé 2011-2015 vise à diminuer le nombre de personnes dénutries en organisant le dépistage et la prise en charge.

Le médecin peut donc être amené à prescrire des compléments nutritionnels oraux à ajouter l'alimentation habituelle. Ces produits disponibles en pharmacie sont riches en calories, protéines et certains micronutriments (jus de fruits, solutions lactées, soupes...). Ils sont pris en charge par la Sécurité Sociale pour tous les patients dénutris (personnes âgées, malades souffrant de pathologies graves comme le cancer...). Ils se consomment en plusieurs collations par jour et font partie intégrante du traitement. La grande variété d'aromes évite la lassitude et favorise la bonne prise.

8/ Vous portez des bas de contention. Voici quelques conseils d'entretien : (source Laboratoire Ganzoni)

- Le lavage se fait à 40°C maximum, avec un savon neutre (savon de marseille PUR). Les lessives synthétiques, la térébenthine, les produits acides ou javellisés endommagent rapidement les fils de gomme. Le rinçage se fait à l'eau claire. Il existe des produits spécialement conçus pour le lavage.

- Il ne faut jamais tordre les bas mais les presser dans une serviette éponge.

- Le séchage se fait à l'ombre, loin d'une source de chaleur, à plat.

9/ Prévention des chutes chez les personnes âgées : Les accidents de la vie courante sont la 1ère cause de mortalité accidentelle des personnes de plus de 65 ans. 80 % des accidents sont des chutes entraînant 8500 décès par an (soit presque autant que les accidents de la route). La majorité de ces chutes ont lieu au domicile, dans des endroits pourtant familiers tels que la chambre, la salle de bains, les escaliers, les couloirs et les jardins. Les chutes sont dues :

a/ au vieillissement : troubles de la vue (avoir un éclairage puissant en plusieurs endroits), instabilité en marchant, perte d'équilibre, baisse d'attention, faiblesse musculaire...

b/ aux maladies : maladies cardiaques, neurologiques, ostéoporose (os moins solide)...

c/ aux médicaments : antimigraineux, antidépresseurs, sédatifs, somnifères, anti-hypertenseurs... Ne pas se lever trop vite.

d/ à l'environnement : 

d1/ sol peu adapté : on s'accroche le pied à une dalle qui dépasse ; on bascule sur le côté sur un sol pas droit...

d2/ escalier difficile : pas assez large, marches trop petites. On court pour décrocher le téléphone ou la nuit pour aller au W-C pour une envie pressante.

d3/ manque d'espace.

d4/ mauvais éclairage : on se prend dans le tapis ou dans un fil électrique la nuit pour aller au W-C.

d5/ obstacles sur les passages : on est ralenti pour aller au W-C et on tombe un peu plus loin en glissant...

e/ à des facteurs fragilisants : choc psychologique, agression, décès d'un ami, isolement social... entraînant dépression. En cas de chute, la réception se fait moins bien.

Il convient donc de faire un diagnostic complet de toute la maison, ce que nous pouvons faire à la pharmacie. Nous pouvons vous fournir le matériel de très haute qualité.

10/ Faiblesse urinaire et incontinence : Vous arrive-t-il parfois de perdre quelques gouttes d'urine, en particulier lors d'un effort tel que la toux, l'éternuement, le port d'une charge lourde ou tout simplement lors d'un fou rire ? Le besoin d'uriner est-il parfois si pressant que vous avez des difficultés à vous contrôler ?

Ce sont autant de signes de la faiblesse urinaire qui, dans le cas de pertes plus importantes, est appelée incontinence.

Ce problème est beaucoup plus répandu qu'on ne le pense. Il concerne 3 millions de personnes en France. Cette difficulté plus ou moins grande de retenir ses urines a des causes multiples. Cela peut être une perturbation du fonctionnement des muscles vésicaux, ou une capacité d'obturation insuffisante des sphincters ou encore une perturbation des liaisons nerveuses entre le cerveau et la vessie.

Ces causes peuvent être parfois liées à des maladies. C'est pourquoi, il est important de consulter un médecin ou de demander conseil à votre pharmacien. VOTRE PHARMACIE DU CHATEAU va bientôt référencer la gamme TENA.

11/ Syndrome du canal carpien : Il se manifeste par des douleurs, fourmillements ou engourdissements au niveau de certaines zones de la main. Il survient notamment après des mouvements répétitifs ou l'utilisation d'objets vibrants. Il peut s'aggraver avec un risque de séquelles définitives. Le port d'une attelle de poignet, en stock chez nous, peut apporter un soulagement très efficace, voire guérir, ainsi que des infiltrations. En cas d'échec, le recours à la chirurgie est nécessaire.

12/ Nouveautés : La Pharmacie référence une grande partie de la Roche-Posay, de Avène, de pansements 3M, de la gamme Donjoy (gamme très technique en Orthopédie), prochainement TENA et GALLIA, de la micronutrition et encore d'autres projets... Autre nouveauté : vous achetez un deuxième produit d'une même gamme hors promotion en cours, le 2e moins cher est à moins 30% (gammes Avène, Roche Posay, Rogé Cavaillès) .

13/ Pour rire : Deux asticots se retrouvent dans une pomme : "- Tiens ! Je ne savais pas que vous habitiez le quartier !"

Notre site http://www.pharmacie-beaumontsuroise.com