JOUPCHA 7 - 05-09-2011

Par votre pharmacien
JOUPCHA 7  - 05-09-2011

0001(1).jpg

0002(1).jpg

N°7 - 5-9-2011 Principale Source : Prescrire (revue formation Médecins-Pharmaciens, indépendante des lobbies industriels, financée par ses lecteurs.)

1/ Grippe : bilan de 30 années. Le nombre de décès annuels est passé de 100 000 dans les années 70 à moins de 500 aujourd'hui. Ceci grâce à la vaccination.

2/ Arnaques dans certains magasins ? Tous les dispositifs médicaux (exemple : thermomètre, lunettes de soleil...) doivent porter le marquage C.E. (CE pour communauté européenne). Ce marquage CE n'est pas suffisant pour garantir votre sécurité. (Source : bulletin Ordre des Pharmaciens avril 99)

En effet, on relève les points suivants :

a/ les fabricants ne sont pas soumis à une procédure d'autorisation d'ouverture d'établissement (n'importe qui peut ouvrir une usine du jour au lendemain).

b/ le fabricant remplit lui-même une attestation sur l'honneur, que son matériel répond aux normes CE (il n'y aura contrôle à la limite qu'après un accident).

c/ les services du ministère de la Santé ne disposent pas de l'habilitation juridique pour accéder aux locaux des fabricants (de plus le fabricant peut être installé à l'étranger).

d/ les exigences pour l'attribution du marquage CE dans les différents pays européens risquent d'être très différentes (la norme ne sera pas la même en France qu'en Grèce ou en Allemagne...).

e/ le marquage CE n'exige pas véritablement une évaluation du rapport bénéfice/risque, mais uniquement le rapport performance/risque. En fait, la performance d'un dispositif n'est pas synonyme de bénéfice pour le patient (exemple extrême : un fabricant invente un thermomètre qui indique si votre température est de 38° ou de 38,001°. Cela n'a aucun intérêt pour le médecin. Mais pour cela ce thermomètre est très gros. Il y a donc un risque important de blessure. Mais cela n'est pas pris en compte).

f/ le degré de sécurité garanti par la législation dépend de la nature du produit et non pas de sa dangerosité: notion d'assurance qualité plutôt que de sécurité du bien de santé (le même thermomètre qui indique 38° ou 38,001° est fabriqué selon des normes très strictes qui font qu'il ne tombe jamais en panne. Il aura le marquage CE. Cela n'empêchera pas que ce thermomètre peut entraîner plus de blessures qu'un thermomètre de taille normale.).

3/ Halitose buccale : dans 85% des cas, l'halitose ou mauvaise haleine a pour origine la cavité buccale et plus particulièrement la langue. Elle est due à la production par des bactéries, de composés sulfurés volatils. Cela a pour origine des problèmes dentaires ou parodontaux, des prothèses inadaptées, des facteurs anatomiques (rugosité de la langue...). L'halitose est favorisée par : tabac, alcool, stress, sécheresse buccale, médicaments. Il existe des traitements.

4/ Le lavage du nez : on vous en parle de plus en plus souvent, notamment votre médecin. En effet, lors d'un rhume, le lavage du nez est aussi important que les antibiotiques (Quand vous vous coupez, vous lavez la plaie avant de mettre un antiseptique ou une pommade antibiotique.). Le médecin vous en parle mais ne le marque pas toujours sur l'ordonnance car cela n'est pas remboursé. Mais n'oubliez pas de le réclamer chez votre pharmacien. Le faire souvent, éventuellement en prévention, si vous avez une sensibilité importante aux rhumes, permet de diminuer la consommation d'antibiotiques. Et on sait que trop d'antibiotiques est mauvais.

5/ Faiblesse urinaire et incontinence : Vous arrive-t-il parfois de perdre quelques gouttes d'urine, en particulier lors d'un effort tel que la toux, l'éternuement, le port d'une charge lourde ou tout simplement lors d'un fou rire ? Le besoin d'uriner est-il parfois si pressant que vous avez des difficultés à vous contrôler ?

Ce sont autant de signes de la faiblesse urinaire qui, dans le cas de pertes plus importantes, est appelée incontinence.

Ce problème est beaucoup plus répandu qu'on ne le pense. Il concerne 3 millions de personnes en France. Cette difficulté plus ou moins grande de retenir ses urines a des causes multiples. Cela peut être une perturbation du fonctionnement des muscles vésicaux, ou une capacité d'obturation insuffisante des sphincters ou encore une perturbation des liaisons nerveuses entre le cerveau et la vessie.

Ces causes peuvent être parfois liées à des maladies. C'est pourquoi, il est important de consulter un médecin ou de demander conseil à votre pharmacien.

Les protections adaptées ne sont pas les mêmes que les serviettes périodiques. Ces dernières sont conçues pour le sang et ne sont pas la meilleure solution.

6/ L' "homme nouveau" sera-t-il un "homo pharmacologicus" ? Telle est la question du Professeur Dominique Lecourt, philosophe. L'industrie pharmaceutique pourrait réaliser ce que l'idéologie n'a pu accomplir. Au lieu de chercher l'édification pénible d'un ordre social plus juste, il nous suffit désormais d'avaler une pilule ! La médicalisation de l'existence est en marche, ce qui explique le succès des « médicaments de confort". Vitamines pour examens, dopage sportif, Viagra pour les pannes... Le philosophe s'inquiète d'un pouvoir politique qui pourrait assujettir les individus. Les individus deviendront peut-être des esclaves dociles au lieu de citoyens.

7/ Personnes âgées maltraitées : cela existe depuis longtemps mais on en prend seulement conscience car la maltraitance existe dans la famille mais aussi dans les institutions. Les personnes âgées n'osent pas en parler par peur de représailles... La maltraitance peut revêtir différentes formes : physique (coups, blessures, abus sexuels, absence d'aide à l'alimentation...), psychologique (menaces, humiliations, manque d'affection, placement en institution sans l'accord de la personne âgée...), matérielle (vol d'argent, meubles et logements...), médicale (pas de soins, abus de sédatifs...), privation de liberté... Les personnes responsables ne s'en rendent pas forcément compte et dans certains hôpitaux, une formation est donnée aux aide-soignantes, médecins, agents administratifs... Ce qu'il faut retenir, c'est qu'on ne se comporte pas avec une personne âgée comme avec un enfant, même si la personne âgée "retombe en enfance". La personne âgée retombe en enfance aussi parce qu'on la prend pour un bébé. L'association ALMA à Grenoble peut répondre à vos questions, vous aider, favoriser la création d'une antenne locale : 04 76 84 20 40.

8/ Pharmacie On Line : 2 médecins de l'université de Philadelphie ont analysé les prestations de 46 sites Internet internationaux. La conclusion est sans appel : acheter des médicaments sur Internet revient plus cher (de 10% environ), expose les utilisateurs à des services médicaux au rabais et à des surconsommations. Sur 46 sites, 9 ne réclament pas d'ordonnance (derrière il y a des financiers dont l'objectif n'est pas la santé publique). Les autres sites réclament une ordonnance et/ou de passer une visite médicale virtuelle avec un médecin inconnu (d'où les décès avec le Viagra, le patient ayant par exemple menti sur ces antécédents cardiaques et le médecin ne pouvant rien contrôler). Avant même de s'informer sur votre état de santé, ils demandent votre numéro de carte bancaire et vous payez le médicament ainsi qu'une consultation médicale. (source Impact pharmacien)

De plus, ces serveurs intègrent la filière c'est-à-dire qu'ils exploitent les informations pour la recherche clinique donc pourquoi pas à d'autres fins ?

Les sites Internet ont augmenté l'automédication. Or, ce qui est important, ce n'est pas de prendre beaucoup de médicaments mais seulement ceux qu'il faut et à la bonne dose. (source L'Officinal et CPAM).

Ne pas oublier qu'en Afrique, on vous vend un antibiotique à la place d'un médicament pour le coeur... Cela pourrait être la même arnaque sur Internet, car il n'y a pas de traçabilité du médicament. Contrairement aux pharmacies en France (où il existe un contrôle des ouvertures de chaque établissement et où chaque pharmacien doit être le propriétaire de la pharmacie) et en Europe. Certains laboratoires ont déjà signalé avoir reçu par exemple des plantes venant de l'étranger, trafiquées (on mélange des plantes se ressemblant, de la terre pour augmenter le poids...). Les contrôles extrêmement poussés ne laissent pas passer les mélanges de qualité douteuse. Mais vous, particuliers, ne pouvez faire ces contrôles.

9/ Prescription d'un spécialiste : votre spécialiste vous a prescrit un traitement. L'ordonnance arrive à expiration et vous n'aurez pas de rendez-vous à temps. Votre médecin généraliste peut très bien renouveler tous vos traitements.

10/ Contraception et grossesse chez les jeunes : Le Dr Mimoun pose la question : les campagnes contre le sida ont-elles trop bien marché ? Car les adolescentes utilisent le préservatif pour se protéger des MST (maladies sexuellement transmissibles) et des grossesses indésirées. Or, les échecs du préservatif sont importants.

  Il reste 220 000 I.V.G. (interruption volontaire de grossesse) par an en France. Ce chiffre n'a pas bougé depuis 20 ans. Certains pays européens sont très en-dessous. 30% des I.V.G. concernent des femmes de moins de 25 ans (relations mal protégées) et 25 % des I.V.G. concernent des femmes de plus de 35 ans (contraception mal maîtrisée). Il conviendrait que les mères accompagnent leurs filles chez le gynécologue au moins une fois au début de l'adolescence pour faire un bilan et aussi être informées des différents problèmes. Mais votre médecin ou votre pharmacien est toujours disponible pour parler.

11/ Prévention des chutes chez les personnes âgées : Les accidents de la vie courante sont la première cause de mortalité accidentelle des personnes de plus de 65 ans. 80 % des accidents sont des chutes entraînant 8500 décès par an (soit presque autant que les accidents de la route). La majorité de ces chutes ont lieu au domicile, dans des endroits pourtant familiers tels que la chambre, la salle de bains, les escaliers, les couloirs et les jardins. Les chutes sont dues :

a/ au vieillissement : troubles de la vue (avoir un éclairage puissant en plusieurs endroits), instabilité en marchant, perte d'équilibre, baisse d'attention, faiblesse musculaire...

b/ aux maladies : maladies cardiaques, neurologiques, ostéoporose (os moins solide)...

c/ aux médicaments : antimigraineux, antidépresseurs, sédatifs, somnifères, anti-hypertenseurs... Il ne faut pas se lever trop vite par exemple.

d/ à l'environnement : 

d1/ sol peu adapté : on s'accroche le pied à une dalle qui dépasse ; on bascule sur le côté sur un sol pas droit...

d2/ escalier difficile : pas assez large, marches trop petites. On court pour décrocher le téléphone ou la nuit pour aller au W-C pour une envie pressante.

d3/ manque d'espace.

d4/ mauvais éclairage : on se prend dans le tapis ou dans un fil électrique la nuit pour aller au W-C.

d5/ obstacles sur les passages : on est ralenti pour aller au W-C et on tombe un peu plus loin en glissant...

e/ à des facteurs fragilisants : choc psychologique, agression, décès d'un ami, isolement social... entraînant dépression. En cas de chute, la réception se fait moins bien.

Il convient donc de faire un diagnostic complet de toute la maison, ce que nous pouvons faire à la pharmacie. Nous pouvons vous fournir le matériel de très haute qualité.

12/ Traitement essentiel des diarrhées : Solutions de réhydratation orale. Elles sauvent 1 million d'enfants par an dans le monde.

13/ Assurance qualité : L'erreur étant humaine, ne soyez pas surpris si vous constatez que chaque ordonnance fait l'objet d'un contrôle par une seconde personne. C'est tout simplement une évolution naturelle vers l'assurance qualité. Pour cela, à nombre d'étapes de notre travail, sera mis en place un second contrôle pour arriver à la qualité maximale. C'est également l'évolution réglementaire puisqu'avec l'affaire du Médiator, le rapport ad hoc parle d'une certification des pharmacies.

14/ Portez un casque en vélo : (Source = Prescrire n°242 sept 2003)

Le port du casque réduit d'au moins 45% les blessures à la tête, 33% des traumatismes crâniens, 27% des blessures du visage et 29% des blessures mortelles.

15/ Collier anti-puces pour chiens : en cas de résistances, il existe SCALIBOR, jusqu'à 400 fois plus actif.

16/ Il n'est jamais trop tard pour arrêter de fumer : même après 65 ans, c'est bénéfique pour la santé.

17/ Pour rire - Ma chérie, je suis vraiment malade... J'ai une fièvre de cheval... - Couche-toi. J'appelle le vétérinaire...