JOUPCHA 6 - 26.06.2011

Par votre pharmacien
JOUPCHA 6  - 26.06.2011

0001.jpg

0002.jpg

N°6-26 juin 2011 - Principale Source : Prescrire (revue formation Médecins-Pharmaciens, indépendante des lobbies industriels, financée par ses lecteurs.)

A/ Inhalation de corps étrangers chez l'enfant 14/01/09 (JIM Dr Jean-Marc RETBI (Hôpital Delafontaine, 93205 Saint-Denis)

1/ L'inhalations du corps étrangers (CE) arrive souvent en mangeant ou lors d'un jeu (le réflexe de fermeture de la glotte n'a pas fonctionné par effet de surprise ou trouble de la déglutition). Elle peut être rapidement mortelle (En France, 5 à 10 enfants meurent chaque année) ou à l'inverse passer inaperçue et donner ensuite des complications.

Bon nombre d'inhalations de corps étrangers (CE) sont des accidents domestiques évitables par l'éducation des parents et des adultes qui s'occupent d'enfants. Quelques recommandations méritent une insistance particulière :

tenir les objets de petite taille à l'écart des enfants, 

ne laisser jouer les enfants qu'avec des jouets « sûrs » (attention beaucoup de jouets saisis en France n'était pas sûr. Regardez bien s'il y a la norme NF : c'est un minimum mais la norme NF n'est que déclarative. Il faut toujours rester vigilant),

ne pas offrir de bonbons, cacahuètes ... aux enfants trop jeunes.

2/ D'après les urgences ORL d'Ile-de-France, 70% des enfants qui ont inhalé un corps étranger (CE) sont âgés de moins de 3 ans, et 75% des corps étrangers inhalés sont de nature organique, notamment alimentaire (44% sont des cacahuètes). Les CE en métal ou plastique s'observent plutôt chez des enfants de 6-8 ans (petits bricoleurs).

3/ Le CE reste bloqué dans le larynx mais souvent il franchit les cordes vocales, tombe dans l'arbre trachéobronchique. Puis soit : 

a/ il est « recraché » (50% des cas), et est soit rejeté, soit dégluti (pouvant devenir CE digestif), ou 

b/ il bouge dans la trachée. Le risque est qu'il remonte dans la sous-glotte (URGENCE) ou

c/ il descend dans les bronches (40% des cas). 

Un syndrome de pénétration impose toujours une radio du thorax et une bronchoscopie (en milieu spécialisé). Un CE sera trouvé dans les bronches une fois sur deux.

4/ Quels symptômes ?

a/ Un CE qui pénètre dans les voies aériennes déclenche toujours un accès de suffocation, avec une toux explosive (il peut passer inaperçu, faute de témoins, oublié, voire caché par l'enfant). Que faire ?

sur le moment, tant que l'enfant tousse, il faut s'abstenir de faire une manoeuvre de Heimlich (elle est réservée aux états d'asphyxie aiguë) ou un geste dangereux (comme placer l'enfant tête en bas, introduire un doigt dans sa bouche pour le faire vomir ou attraper le CE). En général, tout se calme en quelques minutes. 

Dès que ça se calme, l'enfant sera transféré, en position assise, vers un service spécialisé, par un SAMU. 

b/ Les CE qui séjournent dans les voies aériennes se manifestent de façon différente selon l'endroit :

b1/ Un CE du larynx ou dans la sous-glotte provoque une asphyxie aiguë (arrêt cardiaque, décès), sauf à laisser passer un peu d'air :

manoeuvre de Heimlich (violentes compressions de l'épigastre, avec un poing empaumé par l'autre main).

manoeuvre de Mofenson (chez le nourrisson) : si CE sous-glottique. Fortes tapes entre les 2 omoplates, avec le plat d'une main.

b2/ Autre cas : Un CE volumineux, un gros bloc d'aliment, n'a pas pu être dégluti. L'enfant n'a pas présenté de syndrome de pénétration mais brusquement, il cesse de bouger et reste en apnée, la bouche ouverte. Il se cyanose, puis perd conscience. Si des gestes de sauvetage ne sont pas vite pratiqués, il fait un arrêt cardiaque et décède. C'est surtout dans ce cas que les manoeuvres sont efficaces. Il faut faire une manoeuvre de Heimlich ou de Mofenson (chez le nourrisson) et la répéter autant de fois que nécessaire.

b3/ Un CE mobile dans la trachée provoque une respiration anormale, un bruit respiratoire et de la toux. Le CE risque de s'enclaver dans la sous-glotte lors d'une quinte de toux ou d'une manoeuvre de Heimlich. Il faut s'abstenir de tout geste intempestif tant qu'il respire. L'enfant doit rester en position assise, en attendant le transfert vers un service spécialisé, par un SAMU.

c/ A la fin du syndrome de pénétration, tout est apparemment rentré dans l'ordre, mais le CE n'a pas été recraché et s'est enclavé dans une bronche. Apparaît très vite une réaction inflammatoire (importante avec les graines _cacahuètes...), puis dans les heures qui suivent, des troubles de ventilation ; et plus tard une bronchopneumonie (fièvre, toux). L'infection va traîner malgré les antibiotiques ou recommencer au même endroit et cela imposera une endoscopie à la recherche d'un CE bronchique. (Si elle ne trouve pas de CE, elle sert à apprécier l'état de la muqueuse et à faire des prélèvements bactériologiques).

      (Chabolle F, Narcy P. Corps étrangers des voies respiratoires chez l'enfant. Rev. Pédiatr. (France) 1983 ; 19 : 37-41 Lavaud J. Accidents chez l'enfant. EMC (Elsevier SAS, Paris), Pédiatrie, 4-002-G-60, 2006

B/ Adolescents et alcool : Les grands brasseurs et distilleries internationales commercialisent à présent dans différents pays des "limonades alcoolisées", "eaux de source sucrées alcoolisées", "boissons sucrées alcoolisées". Leur cible : les ados de 14-15 ans, avec des pubs et un étiquetage insidieux. Le but : une "douce" transition des boissons appréciées par les enfants vers les boissons alcoolisées traditionnelles. Des inquiétudes apparaissent en Angleterre, en Malaisie.

C/ Arrêt forcé sur autoroute ? N'oubliez pas votre gilet fluorescent (Source = Revue Autoroutes de montagnes APRR & AREA hiver 2008)

Les piétons sur autoroute sont très peu visibles en raison de la vitesse à laquelle arrivent les véhicules. Porter un gilet jaune réfléchissant permet d'être visible à 320 mètres le jour et à 160 mètres la nuit. Sans gilet, ces distances sont de 100 mètres le jour et 30 mètres la nuit. Il faut donc en avoir au moins un dans son véhicule (et non dans le coffre) et l'enfiler avant de sortir sur la chaussée.

D/ Utilisation des photocopieurs : Bien fermer le couvercle de la photocopieuse pour protéger les yeux et la peau: une dame traitée par un médicament photosensibilisant a eu le visage brûlé après 2 heures d'utilisation pour photocopier un gros livre.

E/ La gencive et la plaque dentaire : (Source : Dr David, chef de service de stomatologie - CHG St Denis - ImpactPharmacien 3.99)

1/ La brosse à dents est essentielle contre la plaque dentaire; les brosses électriques donnent de meilleurs résultats car elles associent un mouvement rotatif et alternatif. 

2/ L'hydropulseur et les brossettes interpapillaires ont un intérêt pour éliminer les débris alimentaires non éliminés au brossage. 

3/ A proscrire : tout matériel traumatisant (cure-dents ou équivalents) qui pousse plus profondément les germes.

4/ Il est important d'être suivi régulièrement par le dentiste.

5/ L'alcool et surtout le tabac sont les grands ennemis des gencives.

F/ Infections urinaires à répétition & prévention : (Impact Pharmacien)

1/ boire beaucoup d'eau (1,5 litre par jour).

2/ uriner fréquemment (toutes les 3 heures la journée) et après chaque rapport sexuel.

3/ réguler le transit intestinal.

4/ avoir une bonne hygiène périnéale et vaginale (toujours aller de l'avant vers l'arrière pour ne pas se contaminer par les selles).

5/ utiliser un savon au pH physiologique pour la toilette intime.

6/ faire des cures de Cranberry canadien à 36mg PAC (diminution des rechutes de moitié).

G/ Graisses et diététique : (Source : Dorosz 1998 et Impact Pharmacien Dr Gancel (nutritionniste) - Pr Costentin (faculté Médecine - Pharmacie Rouen)

1/ le cholestérol est normalement fabriqué pour moitié par le foie.

2/ les aliments contenant beaucoup de cholestérol sont le jaune d'oeuf (1 jaune=270mg), les abats (2g pour 100g de cervelle), les graisses d'origine laitière (beurre même allégé...), fromages, charcuterie... : on diminuera à moins de 300mg/j de cholestérol.

3/ les acides gras ne doivent pas être en quantité importante : on les trouve dans les margarines (en France, teneur faible), les pâtisseries, viennoiseries, biscuits et pâtes à tartiner.

4/les graisses mono-insaturées sont bénéfiques (huiles d'olive ou colza, graisse d'oie)

5/les graisses poly-insaturées diminuent le "mauvais" cholestérol ou les triglycérides.(huiles de noix, pépins de raisins, soja, tournesol, maïs, poissons à peau bleue 3 fois par semaine).

H/ Vous êtes migraineux : la migraine n'est pas un banal mal de tête. C'est une maladie à prendre au sérieux et on a maintenant des traitements. Aussi n'ayez pas peur de consulter un médecin. Surtout que certains traitements sans ordonnance finissent par donner des migraines : on fait alors des migraines "aux médicaments". 

* le stress peut déclencher des migraines : apprendre à se relaxer est important.

* la consommation d'alcool est déconseillée, notamment vins rosé et blanc, champagne, digestifs, whisky, bière...

* le chocolat, les agrumes, les fromages fermentés, le hareng, les graisses cuites, les gibiers faisandés, les hot-dogs, le levure de bière, les charcuteries... favorisent les crises de migraines.

* certains additifs chimiques présents dans les aliments (conservateurs: nitrites, glutamate de sodium...) favoriseraient les migraines.

* de mauvaises habitudes alimentaires peuvent donner des migraines : jeûne, repas sautés ou irréguliers, arrêt ou diminution importante de la consommation de café.

* attention aux températures extrêmes, notamment les grandes chaleurs.

Quelques astuces pour vous soulager :

* compression de la tempe. * compresse glacée sur le visage.

* repos allongé dans le calme et l'obscurité. * ingestion de café.

I/ Intoxications des enfants par des médicaments : les médicaments sont responsables de plus de 50% des accidents (28% pour les produits domestiques). 2 raisons : 

1/ certains médicaments ressemblent à des bonbons ; et 

2/ les médicaments sont présents dans toutes les maisons et fréquemment laissés à la portée des enfants (le grand-père prépare ses médicaments sur un coin de table ; la mère laisse sa pilule ou son somnifère sur la table de nuit ; le traitement pour le rhume est laissé dans la chambre ; chacun prend ses médicaments devant l'enfant et ainsi en banalise l'utilisation).

On fera plus particulièrement attention aux sirops sans bouchon de sécurité (Efferalgan, Nopron, Sudafed...), aux blisters transparents, aux comprimés en vrac (Lexomil, Zymafluor, Noctran...), aux médicaments de couleurs vives.

Un enfant de 1 à 4 ans seul le matin ou en soirée est en danger : c'est l'âge de la découverte d'un monde dont il ne connaît pas les risques, avec l'acquisition de la marche et de l'activité main-bouche. C'est l'heure de la préparation des repas (11 à 13h et surtout 18 à 21h) et les parents sont moins vigilants.

Un enfant de moins de 1 an est en danger au coucher ou pendant la nuit : il s'agit d'une erreur des parents (surdosage, confusions de produits, erreurs de voie d'administration).

En cas d'accident, préparer l'appel au centre antipoison : 

1/ noter le nom précis du médicament, le nom du fabricant, la quantité maximale avalée, le dosage unitaire, la forme (comprimé, sirop...), le nombre d'unités avalées ou la quantité pour un liquide ; 

2/ âge de l'enfant, poids, antécédents de l'enfant, traitements en cours, état de l'enfant ; c/délai entre l'ingestion et l'appel au centre antipoison, gestes effectuées en urgence, évolution des signes. Noter à l'avance le téléphone d'un centre antipoison (Paris 01 40 05 48 48 - Lille 03 20 44 56 28).

UNE IDEE CLE : ne pas laisser de médicaments à portée de main.

J/ Un site pour expliquer les jeux vidéo aux parents : comment choisir un jeu adapté à l'âge de votre enfant ? Que font exactement vos ados dans Wolrd of Warcraft ? Comment reconnaître une dépendance aux jeux ? Les pouvoirs publics ont mis en ligne le site www.pedagojeux.fr avec des infos pratiques pour comprendre une activité pratiquée par la quasi-totalité des 6-17 ans.

K/ Urgences ophtalmiques : elles nécessitent une consultation immédiate chez l'ophtalmologiste ou aux urgences hospitalières.

1/ baisse brutale de l'acuité visuelle. 2/ oeil dur et douloureux.

3/ photophobie. 4/ impression d'éclairs lumineux, de voile noir (signes de décollement de la rétine).

5/ plaie, corps étranger, brûlure physique ou chimique, traumatisme oculaire.

L/ Pollution : 1,3 milliards d'euros seraient dépensés tous les ans par la Sécu à cause de la pollution. (Pharmacien de France nov 2007)

M/ Pour rire : Quelle est la boisson qui n'aime pas attendre ? Le citron pressé.