JOUPCHA 3 - 17.03.2011

Par votre pharmacien
JOUPCHA 3  - 17.03.2011

0001.jpg

0002.jpg

0003.jpg

17 mars 2011 - n°3 Principale Source : Prescrire (revue formation Médecins-Pharmaciens, indépendante des lobbies industriels, financée par ses lecteurs.)

A SAVOIR : Tous les produits manquants en pharmacie sont disponibles dans la demi-journée (voire moins), sous réserve d'être distribués en pharmacie.EDITO : Chers patients,Depuis 2 mois, nous avons tous beaucoup travaillé. Vous ne m’avez pas forcément encore beaucoup vu (pourtant je suis dans la pharmacie environ 60 heures par semaine) car l’Administration nous impose un certain nombre de formalités et contraintes, qui demandent du temps et ne pouvaient être faites que par moi-même. Dans les semaines qui viennent, je serai plus au service des ordonnances. Voici déjà nos réalisations : 

a/ lors d’une cession d’entreprise, le vendeur baisse toujours ses stocks. Il fallait donc les remonter pour ne plus (ou presque) avoir de manquants. C’est l’objectif fixé avec déjà un stock supérieur de 15% en moyenne.
b/ rédaction de ce journal, qui plaît beaucoup.
c/ mise en place d’une traçabilité de la chaîne du froid : thermomètre MAXI-MINI avec registre de suivi le matin et le soir, sonde d’enregistrement en permanence des températures (de ce fait, auto-contrôle de bon fonctionnement par 2 sondes différentes), suivi de coupure de courant par alarme, vérification de bon arrivage par pistolet infrarouge.
d/ mise en place d’une mesure du souffle gratuite (vous devez fournir l’embout jetable, gage de non-contamination, disponible à 0,50e).
NB : d1/ L’asthme tue chaque année 2000 personnes. 80% de ces décès pourraient être évités, grâce aux traitements existants.
d2/ Les traitements doivent être continués tout le temps, même en dehors des crises, quand on ne ressent rien.
d3/ Si vous êtes sous traitement et que vous avez besoin d'augmenter les doses, cela signifie qu'il faut peut-être modifier le traitement. Aussi, retournez chez votre médecin.
e/ mise en place d’une offre de matériel médical pour répondre à vos attentes. La mise en place chez vous est toujours fait en présence d’un membre de notre équipe.
f/ mise en place d’une offre vétérinaire avec un pharmacien et un préparateur spécialisés; programmation de sessions de formation.
g/ mise en place tous les matins d’un staff (réunion médicale) pour approfondir les ordonnances notables de la veille, après relecture par le pharmacien : indication des points à vérifier plus particulièrement à toute l’équipe, conseils à délivrer.
h/ inscription en informatique de messages d’alertes particulières, collectés depuis 1998, de source REVUE PRESCRIRE. Médiator était par exemple bien identifié à risque.

1/ Vaccination contre l'hépatite B : Le risque d'atteinte nerveuse due à la vaccination contre l'hépatite B n'est toujours pas prouvé. S'il existe, il sera de toute manière très faible; très inférieur au risque de faire une hépatite fulminante ou de développer un cancer du foie, chez un patient non vacciné.

2/ VIAGRA° : si vous avez entendu parler de ce produit, vous pouvez être tenté de vous le procurer SUR INTERNET (plus de 50% sont des faux toxiques). N'oubliez pas :

a/ Il existe des contre-indications avec certains traitements pour le coeur et l'hypertension, avec un anesthésique utilisé aux Urgences de l'hôpital, ou certaines drogues : il y a un risque de chute de tension brutale.
b/ Facteurs de risque : tension trop forte, cholestérol trop important, fumeur, diabète, obésité, antécédents cardio-vasculaires.
c/ Ce médicament n'a pas été étudié chez l'homme sain, pour augmenter les performances. Plus de 100 décès aux USA. Ne prenez pas de risques sans raison et sans contrôle médical.
d/ Cela ne protège pas des MST (maladies sexuellement transmissibles).
e/ 80 à 90% de résultats physiques mais seulement 1 homme sur 2 juge le rapport satisfaisant. VIAGRA n'a aucune action sur le désir.
f/ Si vous êtes concernés, votre trouble peut venir de certains médicaments, du tabac. Souvent il y a aussi une cause psychique. Il convient, dans ce cas, d'associer à tout traitement médicamenteux, une psychothérapie individuelle ou de couple, des thérapeutiques corporelles (massage, relaxation)... car sinon vous résoudrez le problème mécanique mais pas la vraie cause. La première action est de faire un bilan médical, avant tout traitement.

3/ Régime conseillé si vous êtes à risque de cancer colorectal (Prescrire n°187) :

* réduire à 20% de l'apport calorique total les graisses (diminuer les graisses animales et végétales).
* tous les jours : fruits, légumes, féculents, céréales entières et pain complet.
* fibres alimentaires : au moins 25g / jour (quelle que soit la source).
* éviter la surconsommation de calories et le surpoids.
* éviter de fumer.
* introduire un exercice physique dans les activités quotidiennes (courte distance : aller à pied; monter les escaliers plutôt qu'avec l'ascenseur...).

4/ SIDA : il ne faut pas relâcher la vigilance car on en parle moins mais l'épidémie continue de se propager : le préservatif (lequel ne garantit pas à 100% : rupture toujours possible).

5/ Acné : votre médecin vous a prescrit de l’isotrétinoine° (un carnet spécial de suivi est nécessaire chez la femme). Cela fragilise la peau et on déconseille fortement l'épilation à la cire

6/ Obésité : les questions que vous vous posez :

- Il ne faut pas sauter de repas. Faire 3 repas par jour et si besoin, prendre une collation. Manger léger le soir.
- Les substituts de repas sont une aide pour perdre des kilos récents. Mais il faut faire l'effort d'améliorer votre alimentation et faire du sport (marcher plutôt que prendre la voiture pour les petits déplacements, c'est déjà un début, et vous diminuez la pollution de l'air). Ces substituts s'inscrivent dans un projet diététique global.
- Les médicaments coupe-faim, anorexigènes, peuvent avoir des effets secondaires, nécessitant un suivi médical.
- La vigilance face aux mauvaises habitudes alimentaires doit commencer dès la petite enfance, sans qu'il y ait toutefois de frustration.
- Manger des légumes verts, diminuer les fromages, les graisses (sauces...), préférer les grillades. Vous pouvez prendre des pâtes, du pain, du riz : l'important est de limiter les accompagnements (ce sont les sauces, confitures... qui font grossir).
- Un médicament, le Xénical, diminue l'absorption des graisses. De ce fait, les selles sont grasses, avec éventuellement un effet purgatif. C'est un médicament de l'obésité, prescrit par un médecin. En effet, il ne convient pas à tous car les graisses en bonne quantité, sont utiles à l'organisme, pour former les cellules du corps, certaines hormones...

7/ Appareils de bronzage et risques des ultraviolets : les U.V. A exposent comme les U.V. B à des risques.
A court terme, risques de brûlures et de photosensibilisation.
A long terme, vieillissement de la peau et cancer.
Aussi la réglementation s'est durcie :note d'information obligatoire, port de lunettes de protection. Les appareils mis à disposition du public doivent subir un contrôle technique au moins tous les 2 ans.

8/ Parents : présumés responsables de vos enfants. (Source Assureur)

Les parents sont tenus solidairement responsables des actes de leurs enfants mineurs qui entraînent un dommage à autrui (blessure, casse de matériel...).
a/ La victime n'a pas à prouver la faute des parents en matière de surveillance ou d'éducation, si les parents exercent le droit de garde en commun et si l'enfant habite avec eux. Cela est valable pendant une courte absence, sous la surveillance d'une baby-sitter.
b/ La victime doit prouver la faute lorsque l'enfant est sous la garde des grands-parents, d'un pensionnat. (Voir votre assureur si les parents sont séparés).

9/ Alcoolémie au volant : Seuil de 0,5g d'alcool par litre de sang (environ 1 apéritif et 1 verre de vin). En général, votre assureur ne couvre pas dans ces cas les dommages subis par les passagers et le conducteur, ni le véhicule. Les assurances de prêt, les prévoyances professionnelles non plus.Attention : quand on boit de l'alcool très régulièrement, on en perçoit moins les effets. En apparence, on résiste mieux. Pourtant, cela ne change rien au taux d'alcoolémie (qui dépend du nombre de verres d'un même alcool). Pour en savoir plus, un guide pratique vous attend à la pharmacie.

10/ Pourquoi une ordonnance pour la pilule ?
Parce que même les pilules microdosées ont des contre-indications. Le médecin va les rechercher lors de la 1ère prescription.
Lors du renouvellement, le médecin vérifie s'il y a une évolution.
On suppose que les pilules ont une action sur la coagulation, les "graisses" et la tension.
Chez la femme sans problème, ces actions sont très faibles mais cela nécessite une surveillance, notamment une mesure régulière de la pression artérielle, quelques questions sur votre santé et l'examen clinique.
Pour vous donner une idée, voici la liste des contre-indications théoriques, qu'il faut plus ou moins respecter (car c'est le médecin qui décide selon votre cas personnel) : Cancer du sein ou de l'utérus, hémorragies génitales non diagnostiquées, antécédents de thrombose veineuse ou artérielle, hypertension artérielle, cardiopathie thrombogène ou décompensée, insuffisance coronarienne, affection hépatique sévère ou récente, insuffisance rénale chronique, tumeur hypophysaire, porphyries, lupus érythémateux disséminé, hyperlipidémies, diabète, affections vasculaires cérébrales ou oculaires, migraines avec aura et/ou avec antécédents familiaux d'AVC, tabagisme important, grossesse, obésité, varices, épilepsie, fibromes utérins, allaitement, femmes de plus de 40 ans, immobilisation prolongée...
Mais les contre-indications véritables sont rares et bien connues. Leur respect est indispensable.

11/ Bilan bucco-dentaire offert aux adolescents dès 13 ans (Source = Prescrire n°251) Pensez-y.

12/ Sportifs et loi antidopage :
le projet de loi prévoit l'obligation pour tout sportif participant à des compétitions officielles d'informer les médecins qu'ils consultent, avec l'instauration d'un livret individuel de sportif. Mais dès à présent, n'oubliez pas de signaler que vous êtes sportif à votre médecin, à votre dentiste et à votre pharmacien.

13/ Vous êtes très pris par votre travail et votre rendement baisse : prenez un repos suffisant (nuit suffisamment longue), une bonne alimentation, une activité physique et parlez-en à votre médecin (la parole aide à circonscrire le problème et évite une remise en question globale).

14/ Efficacité du préservatif : on note 25% d'échecs. A rappeler aux ados avant qu'ils n'expérimentent...

15/ Le souffle, c'est la vie ! En une journée, l'homme effectue environ 23 000 mouvements respiratoires et respire près de 11 000 litres d'air. La croissance de l'arbre bronchique de l'enfant s'effectue vers 7 ans. Il est donc important de ne pas l'exposer à des atmosphères enfumées et surchauffées qui pourraient entraîner un mauvais développement des poumons. La pollution, les gaz, le pollen, les acariens, le tabac, les facteurs héréditaires peuvent aggraver l'état de nos poumons et déclencher l'asthme.

16/ Pour rire
Une vieille dame, de plus de 90 ans mais fringante, rentre dans une pharmacie et veut voir le pharmacien.
“-Bonjour, Monsieur, avez-vous de l’aspirine ?”.
“- Oui, sans aucun doute.”
“-Avez-vous du Viagra ?”
“- Oui, bien sur”
“-Avez-vous des pilules antirides ?”
“- Oui nous en avons”
“-Avez-vous du bicarbonate ?”
“-Certainement”
“-Avez-vous des somnifères ?”
“-Oui, oui nous en avons.”
“-Et des béquilles ?”
”-Evidemment”
“-Et des couches pour adultes ?”
“-Mais certainement”
“-Avez-vous...”
“-Enfin Madame, nous sommes une pharmacie professionnelle. Nous avons tous les produits. Quel est votre problème ?”
“-Je dois épouser mon Léon, 95 ans, à la fin du mois. Nous aimerions savoir si nous pouvons déposer notre liste de mariage chez vous...”.