JOUPCHA 29 - 01.07.2014

Par votre pharmacien
JOUPCHA 29  - 01.07.2014

2014_07_ joupcha 29   exemp 2   quadri-1.jpg

2014_07_ joupcha 29   exemp 2   quadri-2.jpg

N° 29- juillet-août 2014 Principale Source : Prescrire (revue formation Médecins-Pharmaciens, indépendante des lobbies industriels, financée par ses lecteurs.)

JOUPCHA, le JOUrnal de votre Pharmacien à la Pharmacie du CHAteau à Beaumont / Oise.Toile précédemment exposée à la pharmacie ; retrouvez-les toutes sur notre site http://www.pharmacie-beaumontsuroise.com

1/ Si vous voulez vous inscrire pour recevoir notre new letter avec les promotions, flaschez !    

2/ Danger contrefaçons : vidéo sur youtube à l'adresse suivante :              

https://www.youtube.com/watch?v=3V5QosVtnGc     

  Un phénomène de grande ampleur, bien plus facile, bien plus juteux que tous les autres trafics et notamment le trafic de drogue. Par contre, j'ai une conclusion différente de la vidéo parce que la conclusion arrange les partisans du libéralisme à outrance. On y fait croire que les moyens mis en oeuvre permettront d'ouvrir la concurrence et de contrôler les mafias. C'est faux parce que les moyens mis en oeuvre dans la vidéo coûtent très chers (beaucoup plus cher en impôts pour le développer et le faire fonctionner que les 3 euros d'économie par français et par an, annoncés par Que choisir. Alors où est l'intérêt si ce n'est pour des financiers en vendant la santé). Les moyens de protection sont déjà détournés et le marché est beaucoup trop juteux. Le pays qui était le plus protégé était la France car il n'y avait qu'un réseau de distribution, les pharmacies avec des Docteurs en Pharmacie, qui, quoi qu'on en dise, avait une morale, une respect de la vie d'autrui et des salaires décents. Les autorités s'apprêtent à autoriser la vente en GMS, ce qui veut dire libéralisme à outrance : c'est assez comique pour un gouvernement sensé être contre le libéralisme. Ca n'est pas l'Europe qui l'oblige puisqu'en matière de santé, chaque Etat a le droit de choisir son mode de fonctionnement. Mais surtout vous n'aurez bientôt plus du tout la même sécurité. Tous les pays modernes qui ont ouvert la concurrence ont introduit des contrefaçons dans le système légal.

3/ S'informer sur les sites internet : La Haute Autorité de Santé a choisit la fondation Health On the net, ONG suisse créée en 1995, présente dans 72 pays. L'HON a accrédité plus de 5000 sites. La certification est une démarche volontaire du site et est gratuite. Les sites certifiés afficheront le logo HON en page d'accueil. (source : LNP Ordre Pharmaciens n°350) .

4/ Apnées du sommeil et accidents de la route : L'apnée du sommeil est la survenue d'apnées supérieures à 10 secondes fragmentant le sommeil, entraînant somnolences diurnes et broncho-pneumopathies chroniques obstructives. D'après les registres de police sur 5 ans, le risque d'accidents est multiplié par 7 chez ces patients. De plus les apnées ont des répercussions sur les poumons. Il est nécessaire de se faire traiter. (source : Prescrire n°281)

5/ Lavage de nez chez les nourrissons et les jeunes enfants.

Jusqu'à un an, les nourrissons ne savent respirer que par le nez. Aussi quand leur nez est encombré, ils doivent faire des efforts pour respirer. Ils peuvent alors éprouver des difficultés pour se nourrir ou pour dormir. Etapes-clés :

a/ position de l'enfant : allonger l'enfant sur un plan dur. Lui tourner la tête sur le côté en la maintenant avec une main, Placer un papier absorbant doux sous la tête au niveau de son nez.

b/ introduire l'embout de la bombe d'eau de mer ou la dosette de sérum physiologique dans la narine supérieure.

c/ pulvérisez 2 ou 3 secondes.

d/ bouchez la narine supérieure : le liquide doit s'écouler par l'autre narine. Cette étape désagréable pour l'enfant est importante car elle permet un vrai lavage efficace.

e/ répétez l'opération sur l'autre narine, après avoir changé la position de la tête (toujours laver la narine supérieure).

f/ essuyez doucement le nez de l'enfant avec un mouchoir doux.

g/ éliminez le reste des sécrétions si besoin par mouchage ou par aspiration à l'aide d'un mouche-bébé.

6/ Toxoplasmose et grossesse. (source : Prescrire n°267)

La toxoplasmose est une infection due au parasite Toxoplasma gondii. La contamination se fait par ingestion d'oocystes présents dans les déjections de chats et souillant le sol ou les crudités ou par ingestion de kystes présents dans les muscles de nombreuses espèces animales. Dans la population générale, la toxoplasmose passe souvent inaperçue mais elle est grave chez la femme enceinte en raison des risques de contamination et de séquelles chez l'enfant à naître. La transmission est inférieure à 5% lors du 1er trimestre et supérieure à 50% au 3e. Prévention :

a/ consommez seulement des viandes bien cuites.

b/ lavez bien les crudités et peler les fruits; en cas de doute, évitez les crudités.

c/ lavez bien les mains et les surfaces de la cuisine après avoir manipulé des aliments potentiellement contaminés (viandes crues, légumes ou fruits, etc.).

d/ limitez les contacts avec la terre : portez des gants de jardinage, lavez-vous les mains après le jardinage.

e/ cuire suffisamment la viande : une viande brune à coeur est sans risque (pour cela cuisson à 65° pendant 15mn).

f/ congeler pendant 15 jours à - 20°C est probablement efficace mais non démontrée.

g/ la femme enceinte évitera de changer la litière d'un chat soi-même. Si elle le fait, mieux vaut utiliser des gants et changer la litière fréquemment, le parasite nécessitant un temps de latence avant d'être infectant.

7/ Dénutrition : comment détecter les situations à risque ? Des repères visuels simples : le pantalon trop grand, la jupe qui tourne, le col de la chemise trop large, les lunettes qui tombent. Les signes d'alerte sont :

a/ faibles revenus. b/ perte d'autonomie physique ou psychique.

c/ veuvage, solitude, état dépressif. d/ problèmes bucco-dentaires.

e/ régimes restrictifs. f/ troubles de la déglutition.

g/ consommation de 2 repas par jour seulement. h/ constipation.

i/ prise de plus de 3 médicaments par jour. j/ perte de 2 kg dans le dernier mois ou de 4 kg

k/ modification importante de certaines prises de sang. dans les 6 derniers mois.

l/ toute maladie aiguë sévère.

8/ Les 10 règles d'or du bon dormeur : (source Mutualité de la Somme)

a/ le matin, j'essaie de me lever régulièrement à la même heure.

b/ dans la journée, je sors au grand air.

c/ j'essaie d'avoir une activité physique (même modérée) de 30 minutes par jour.

d/ j'évite les siestes de plus d'une demi-heure.

e/ je ne prends plus de café, de thé, de soda à base de caféine ou de tabac à partir du goûter.

f/ je dîne léger et au moins 2 heures avant de me coucher.

g/ je pratique des activités relaxantes après le dîner.

h/ j'évite une douche très chaude ou un bain très chaud avant de me coucher.

i/ le soir, j'essaie de me coucher de préférence régulièrement à la même heure.

j/ dans ma chambre, il fait ni trop chaud, ni trop froid, c'est-à-dire entre 18 et 22°.

9/ Prévention du suicide : comment aider un proche en souffrance ? (source : JIM 2013 )

10.400 personnes se suicident chaque année en France. 6 personnes se trouvent endeuillées en moyenne par suicide.

On recense également 250.000 tentatives de suicide et plusieurs millions de crises suicidaires. 

« Nous sommes tous des acteurs de prévention à notre échelle » rappelle Magalie Gavend, psychologue et secrétaire générale de la fédération SOS Suicide Phénix.

Comment repérer une personne à risque parmi ses proches ? Les signes de malaise ne sont pas faciles à percevoir, même si 70% des personnes qui mettent fin à leurs jours souffrent de dépression et ont souvent les symptômes typiques de cette maladie : troubles du sommeil, angoisse, perte d'intérêt, isolement, rumination d'idées noires.

On connaît également mieux les facteurs de risque : l'âge (chez les 24-35 ans, le suicide constitue la première cause de mortalité), le sexe (trois quarts des passages à l'acte concernent les hommes), les conduites addictives, l'isolement social, l'antécédent de troubles psychiatriques.

Comment ouvrir le dialogue avec une personne de son entourage dont le comportement inquiète ? Michel Debout, président fondateur de l'Union nationale de la prévention du suicide (UNPS), conseille une approche en douceur, qui permet à la souffrance de l'autre de s'exprimer, en bannissant « le violent "tu devrais voir un psy", un terme à proscrire, pour ne pas braquer ». Mieux vaut orienter la personne vers un professionnel de l'écoute, en lui transmettant les coordonnées d'une association. Il peut aussi être utile d'alerter l'entourage, comme l'assistante de vie d'une personne âgée.

« Il ne s'agit pas de se transformer en psy à la petite semaine », prévient d'emblée le professeur Debout pour qui la mission d'un proche doit se limiter à « écouter, alerter et accompagner ».

10/ La tension artérielle : NE JAMAIS MODIFIER SEUL SON TRAITEMENT >>> il faut voir son médecin.  

a/ Pour déterminer la tension artérielle, il est nécessaire d'en mesurer 2 valeurs caractéristiques:

* la tension systolique : se mesure lorsque le coeur se contracte et que le sang est expulsé dans l'aorte.

* la tension diastolique : se mesure lorsque la cavité ventriculaire gauche, vide, se remplit à nouveau de sang.

b/ Pour bien prendre sa TENSION :

b1/ toujours prise au repos, au même moment (par exemple le matin au réveil).

b2/ l'appareil doit être à même la peau (circulation non gênée par une manche relevée).

b3/ le poignet doit se trouver à la hauteur du coeur, parfaitement immobile.

b4/ être en position assise, sans parler. b5/ être à distance des TV, téléphones mobiles, ordinateurs...

11 / Echographie au cours de la grossesse : (source : Prescrire n°272) Les ultrasons produisent des effets thermiques et mécaniques sur les tissus humains qui dépendent de la durée, de la fréquence et de la puissance de l'exposition. On a peu de données à long terme. Les évaluations neurologiques pendant 8 ans en moyenne, sont plutôt rassurantes. Mais il faut éviter la réalisation ludique de vidéos souvenirs, échographies sans limitation de durée ni de répétitions.

12/ Cranberry, infections urinaires et INR : (source : Prescrire n°272)

Chez les femmes jeunes, l'activité sexuelle semble être un facteur favorisant. La miction après l'acte semble avoir une certaine efficacité. En revanche, l'emploi d'un spermicide semble favoriser les infections.

Le cranberry a une certaine efficacité pour diminuer le nombre d'infections urinaires mais attention en cas de traitement par antivitamine K : l'INR (indicateur mesuré lors d'une prise de sang) va s'élever avec un risque accru d'hémorragie.

13/ Grand changement sur les médicaments. La vignette disparaît avec des changements de prix du jour au lendemain. Cela va entraîner des ruptures sur quelques médicaments car il y aura des blocages de remboursements par la Sécu. Veuillez nous excuser de ce problème indépendant de notre volonté. Nous ferons le maximum pour vous dépanner

14/ Pour rire : Qui a été le premier utilisateur du Viagra ? Pinocchio, malheureusement pour lui, il l'a sniffé !