JOUPCHA 24 - 01.10.2013

Par votre pharmacien
JOUPCHA 24  - 01.10.2013

0001.jpg

0002.jpg

n°24 - oct 2013 Principale Source : Prescrire (revue formation Médecins-Pharmaciens, indépendante des lobbies industriels, financée par ses lecteurs.)

1/ Deux mois après le lancement officiel des sites internets de vente de médicaments en France, plus d'une centaine de "faux sites" ont déjà été repérés sur le Web, localisés en Russie, Canada, Mexique, Espagne.. Il existe aussi des dérivations sur les sites officiels des pharmacies, qui détournent le patient vers un faux site. (Quotidien du Pharmacien 12 sept 2013)

2/ Les soins d'hygiène chez le chien (Source = Pharmacien de France n°4)

Le chien a besoin de soins d'hygiène, qui éviteront l'accumulation de sécrétions, la salissure de son pelage, la prolifération de parasites, ou plus simplement pour que son contact avec l'homme soit le plus propre possible. Le chien ne peut faire lui-même sa propre toilette, et il ne s'en souciera vraiment (par du grattage, des mordillements, du léchage) que lorsque la situation sera devenue critique. C'est au maître de réaliser régulièrement les soins d'hygiène, à adapter selon la race, le mode de vie et du temps dont dispose le maître.

a/ soin des oreilles : les oreilles doivent être inspectées régulièrement. L'animal doit se laisser manipuler sans rechigner. Les oreilles doivent avoir l'air propre, ne contenir aucun liquide, ni cérumen malodorant ou foncé. Les oreilles ne doivent pas être rouges, ni présenter des plaies. Toute modification par rapport à une oreille normale doit faire consulter un vétérinaire rapidement. Les soins courants consisteront souvent à ne rien faire, mais à inspecter régulièrement les oreilles du chien. On conseille l'utilisation d'un liquide ou d'une lotion nettoyante, en massant bien la partie postérieure de l'oreille afin de faire pénétrer le produit en profondeur. Le maître essuiera ensuite l'intérieur de l'oreille avec un coton au bout du doigt, afin d'éliminer l'excès de produit. Les cotons-tiges sont à proscrire car ils tassent les saletés au fond. Il faudra parfois épiler le conduit auditif du chien en tirant sur les poils par petites touffes (indolore, meilleure aération du conduit, évite que des corps étrangers (épillets...) pénètrent dans l'oreille en se fixant dans ses poils).

b/ soin des yeux : les yeux de certaines races de chiens ont une fâcheuse tendance à couler. Il peut s'agir d'une obturation des canaux lacrymaux (le rôle est d'évacuer les larmes vers les fosses nasales). Les larmes débordent alors la paupière inférieure et s'écoulent vers le museau. Ces larmes décolorent le poil (le blanc devient rose ou marron) et entraînent parfois avec elles des sécrétions épaisses qui s'accumulent dans les poils. Une inflammation de l'oeil ou une anomalie de la forme des paupières peuvent conduire au même résultat. Pour l'éviter, il faut nettoyer régulièrement les yeux avec un coton ou une compresse imbibés de solution nettoyante spéciale. Ce nettoyage est parfois nécessaire plusieurs fois par jour en fonction de l'abondance des sécrétions. Les pommades ophtalmiques sont davantage destinées aux soins qu'à l'hygiène. Si ces écoulements persistent, il conviendra de consulter un vétérinaire qui proposera alors un débouchage des canaux lacrymaux ou un traitement de l'affection oculaire.

c/ l'hygiène bucco-dentaire : la flore buccale du chien est à l'origine de deux affections étroitement liées : la mauvaise haleine et le tartre. Lorsque le tartre est présent, seul un détartrage par un vétérinaire peut résoudre le problème et prévenir la chute inéluctable des dents. L'hygiène consiste à éviter cette accumulation de tartre et à limiter la prolifération bactérienne dans la bouche du chien. On utilisera des pâtes dentifrices souvent abrasives, qu'on appliquera régulièrement par des massages dentaires en fonction de l'état des dents. Des doigtiers ou des brosses à dents spéciales pourront être utilisés pour cela. Le nettoyage régulier des dents du chien limitera considérablement la prolifération du tartre et la mauvaise haleine. On peut recourir aussi à des liquides antiseptiques à vaporiser dans la bouche de l'animal. Mais la mauvaise haleine peut avoir d'autres origines. On évitera que le chien ne ronge des cailloux et on inspectera régulièrement sa cavité buccale afin de détecter rapidement toute anomalie.

d/ le fourreau : chez le mâle, le fourreau est souvent le siège de petites inflammations, qui font sourdre un liquide blanchâtre épais par le prépuce. Dans la plupart des cas, cette affection cède à un traitement local, qui fait appel à des irrigations d'eau oxygénée ou de Mercryl dilués dans de l'eau tiède. 

e/ chez la femelle, il peut être nécessaire de nettoyer les organes génitaux externes, en période de chaleurs notamment.

f/ les glandes anales : le chien possède deux glandes situées de part et d'autre de l'anus, qui sécrètent un liquide odorant servant dans la reconnaissance entre individus. Parfois, ce liquide s'épaissit et le conduit de la glande se bouche. Il convient alors de vider manuellement de ce cas - et par précaution régulièrement - les glandes anales. La manoeuvre nécessite quelque habitude, mais ne pose en général pas de problème : le vétérinaire pourra l'enseigner.

g/ pattes et griffes : les extrémités des membres doivent être examinées régulièrement. Les interstices entre les coussinets et entre les doigts ne doivent contenir ni terre, ni corps étrangers. Les griffes ne doivent être coupées (sans entamer la partie rose irriguée) que lorsqu'elles sont trop longues. Il existe des solutions pour tanner les coussinets lorsqu'ils sont irrités ou trop mous ou lorsque le chien a souvent l'occasion de courir (chasse, sport).

h/ pelage : le pelage doit être inspecté régulièrement afin d'y déceler la présence de plaies, de parasites ou de corps étrangers. Un brossage régulier s'impose lorsque le poil est susceptible de s'emmêler et dans certains cas, des shampoings sont nécesaires. Le toilettage varie d'une race à l'autre.

Le maître aura intérèt à apprendre à connaître l'anatomie de son animal car les soins hygièniques ne se conçoivent que si le maître connaît l'aspect normal de son animal pour détecter toute anomalie.

3/ Conseils de vaccination : (Source = Prescrire 231)

En l'absence d'allergie connue, les recommandations canadiennes et australiennes recommandent que le patient vacciné ne quittent le cabinet que 15 minutes après la vaccination. En cas d'allergie alimentaire ou médicamenteuse, on portera la durée à 30 minutes.

Reconnaître une réaction anaphylactique grave : en général, on retrouve plusieurs signes comme oedème des voies respiratoires, bronchospasme, hypotension pouvant évoluer rapidement vers un état de choc avec collapsus cardio-vasculaire et détresse respiratoire. Associés ou précédant les signes de détresse respiratoire, on a un prurit généralisé, urticaire, oedème de la face, respiration sifflante, dyspnée, toux, douleurs abdominales, nausées, vomissements.

Contre-indications chez la femme enceinte : vaccins contre rougeole-oreillons-rubéole, antituberculeux, contre la varicelle, contre la fièvre jaune (sauf voyage impératif). Après vaccination contre la rubéole, il faut éviter pendant 2 mois une grossesse. On déconseille certains vaccins antidiphtériques et le vaccin contre la typhoïde. La vaccination de la femme enceinte est rarement urgente et on reportera l'injection après la grossesse le plus souvent.

Une corticothérapie par voie générale à forte dose contre-indique les vaccins vivants (exemple : USA, Canada = 20mg/j chez l'adulte ou 2mg/kg/j Cortancyl contre-indique pendant 3 mois une vaccination).

Un traitement antibiotique ne nécessite pas le report d'une vaccination.

On recommande 1 mois d'intervalle entre la vaccination ROR et le vaccin BCG. La vaccination contre la rougeole peut inactiver le test tuberculinique (attendre 4 à 6 semaines).

On peut vacciner avec le ROR, un enfant habitant avec une femme enceinte ou un patient immunodéprimé.

4/ Le point sur les risques des téléphones mobiles (Source = Prescrire )

Actuellement, il n'y a pas de preuves solides qu'il existe un risque, mais pas non plus qu'il n'y a aucun risque, sauf pour la conduite automobile, même avec kit mains libres (le champ de vision se rétrécie comme dans un tunnel, empêchant de voir les obstacles latéraux).

A titre préventif (hypothèse d'un cancer du cerveau...), on recommande d'éviter ou de réduire l'utilisation du téléphone dans les situations de mauvaise réception (dans un véhicule, un souterrain, un ascenseur,... lors d'un déplacement à pied ou en train, lorsque la "jauge" de qualité de réception du téléphone est faible. On conseille d'éloigner le téléphone des tissus potentiellement sensibles (zone génitale des adolescents, ventre des femmes enceintes), ainsi que des implants électroniques (au moins 15 cm d'un stimulateur cardiaque, une pompe à insuline...).

Les dispositifs "antiradiation" n'ont pas prouvé leur efficacité.

L'usage des téléphones mobiles est interdit dans les hôpitaux et avions (possibilité d'interférences électroniques)

5/ A partir du 1er janvier 2014, il y aura un impôt sur les sacs plastiques. Nous n'en distribuerons plus gratuitement : ils seront facturés 0,10e. Pensez à amener dès à présent votre propre sac.

6/ Grains de beauté : à surveiller (Source = Dr Le Courtois - Bien-être et santé )

Facteurs favorisant les cancers : 1/ un nombre élevé de grains de beauté augmente le risque de cancer.

2/ les peaux claires (roux, blonds) qui prennent facilement des coups de soleil.

3/ des expositions au soleil fréquentes, intenses et prolongées au soleil, surtout dans l'enfance.

4/ certaines familles ont plus de cancers que d'autres.

Prévention : le moins d'exposition solaire possible et le vêtement (efficacité bien supérieure aux crèmes ; idéal = tissage serré et couleur sombre)

Surveiller sa peau : ABCDE 1/ A = asymétrie (un grain de beauté qui perd sa forme ronde est suspect).

2/ B pour bords (attention aux bords dentelés ou irréguliers).

3/ C pour couleur (attention au changement de couleur ou à la coexistence de plusieurs couleurs).

4/ D pour diamètre (une taille supérieure à 8 mm est à surveiller).

5/ E pour évolution (un grain de beauté qui apparaît, grandit ou change doit motiver une consultation).

7/ Consommation d'alcool : Une consommation quotidienne d'alcool de 30 grammes environ (3 verres standard) ou plus est à risque accru de maladies. (Source = Prescrire n°242)       

8/ Cannabis et risques : Effets immédiats : aucun cas d'intoxication mortelle n'a été décrit mais des complications psychiatriques aiguës (attaque de panique, dépersonnalisation). Effets à long terme : il pourrait provoquer la survenue de troubles psychiatriques notamment la schizophrénie, augmenter le risque de cancers bronchopulmonaires.

Conduite automobile : la fréquence des accidents est multipliée par 2,5 (temps de réaction allongé, mauvaise appréciation du temps et de l'espace). (Source = Pharmacien de France CHU de Nancy)        

9/ Herpès sur la lèvre et herpès oculaire : En vous frottant les yeux après avoir touché le bouton d'herpès, vous pouvez contaminer la cornée. Aussi lors d'un bouton d'herpès, prenez des précautions pour vous et votre entourage (famille, amis...) : traitez dès les premiers symptômes (démangeaisons, fourmillements, brûlures) et si cela n'empêche pas l'éruption, faites très attention de ne pas étaler le liquide des vésicules sur le visage, d'autres parties du corps ou les yeux. Lavez-vous les mains après avoir toucher les lésions. (Source = Association Herpès n°10 10-2002)  

10/ Pour rire : Que met un rongeur pour aller en soirée ? Du mascara (masque à rat).