Joupcha 68 - mars 2019

Par votre pharmacien
Joupcha 68  - mars 2019

2019_03_01 joupcha 68  mars 2019  10243-1.jpg

2019_03_01 joupcha 68  mars 2019  10243-2.jpg


1/ Edito par Jonathan Chelet Co-founder | Petitscommerces

« Février sans supermarché », le défi imaginé par l'association suisse En Vert Et Contre Tout. Objectifs : « Encouragez les commerces indépendants, redécouvrez les épiceries de quartier, soutenez les petits producteurs, favorisez la vente en vrac et le commerce local, repeuplez les marchés ou encore réapprennez à n'acheter que l'essentiel », 

Le défi est aussi « l'opportunité de faire savoir aux grandes surfaces que nous ne sommes pas d'accord avec le sur-emballage, le kilomètre alimentaire qui explose les scores ou les politiques de prix qui écrasent les petits producteurs. » écrit Leïla Rölli, fondatrice du site, soutenue par de nombreux autres médias en Suisse et en France.

Plus de 60 groupes Facebook ont ainsi été mis en place à la demande des participants pour y partager des conseils, des recettes et des bonnes adresses pour consommer plus responsable. Les échanges y sont de qualité et permettent à chacun de réfléchir sur son mode de consommation et d'en savoir plus sur les AMAP, les circuits courts et le zéro déchet.

On pourrait penser que ces réflexions concernent seulement une petite partie de la population déjà sensibilisée à l'écologie ou aux produits bio. La dernière étude de l'Observatoire Société et Consommation (ObSoCo) dévoilée en janvier 2019 montre le contraire. D'après le professeur d'économie Moati, les Français délaissent les hypers, supermarchés et même les petites surfaces de la grande distribution pour lesquelles « [...] les gens ne leur reconnaissent pas beaucoup de qualité ». Seuls 15% des Français ont confiance dans la capacité de la grande distribution alimentaire à aller vers un modèle plus responsable.

71% des Français pensent que les hypermarchés ont leur part de responsabilité « dans la crise économique et sociale que connaît la France ». Les personnes interrogées expliquent que les grands groupes sont « d'abord préoccupés par la maximisation de leurs profits », qu'ils les incitent « à dépenser plus » et qu'ils « se comportent mal à l'égard des petits producteurs ». Difficile d'être plus clair !

Les consommateurs ont changé. Les plus jeunes d'entre eux en particulier sont de plus en plus dans la déconsommation (acheter moins mais mieux), dans l'écologie qui rime souvent avec économie, dans l'authenticité et le sens. Celle du consom'acteur, qui se soucie de la qualité des produits/services et de l'impact économique, social et environnemental de sa consommation. Le consom'acteur pourrait régler bien des crises que nous connaissons actuellement. Nous avons tous ce pouvoir dans notre porte-monnaie, alors, toute l'année, soutenons les structures responsables et les commerçants indépendants qui font vivre nos quartiers et améliorent notre vie !

2/ La gastro-entrite aiguës (GEA) de l'hiver : désigne une infection inflammatoire de la muqueuse gastrique et intestinale avec diarrhée aiguë (très abondantes, liquides et fréquentes). Les GEA sont principalement infectieuses avec un pic viral en hiver (décembre à février), improprement appelée grippe intestinale, et un pic bactérien en été (=intoxication alimentaire). Les épisodes hivernaux d'étiologie virale sont plus fréquents mais moins sévères que ceux d'origine bactérienne.

La transmission orofécale est la plus importante (ingestion des selles contaminées lors d'un mauvais lavage des mains). Il peut aussi s'agir d'une transmission directe de personne à personne. Les virus peuvent aussi être transmis par contact avec une surface souillée ou des aliments contaminés. Ce qui peut expliquer l'ampleur des épidémies dans des milieux de vie communautaire (hôpitaux, écoles, maisons de retraite, cantines).

La GEA dure en moyenne de 2 à 3 jours mais le patient peut rester contagieux jusqu'à 3 jours après la guérison. Après une incubation de 6 à 48 heures, les symptômes sont brutaux : diarrhées aqueuses fréquentes (sans glaires ni sang), nausées, vomissements, maux de tête, fièvre, frissons, crampes abdominales, malaises, douleurs dans les membres, fatigue. Les symptômes varient selon les individus. Certains se contentent de vomir, d'autres n'ont aucun symptôme ou n'ont que la diarrhée.

Si la diarrhée est trop importante aux âges extrêmes de la vie et chez les personnes ayant une immunité affaiblie, elle peut provoquer une déshydratation aiguë, conduisant à une hospitalisation ou au décès. Les formes graves donnent une anémie en cas d'hémorragie. Si la diarrhée dure, elle peut laisser des séquelles sur la paroi intestinale, avec syndrome de malabsorption.

Les troubles passent en 4 jours environ. Respectez les mesures suivantes : reposez-vous, au lit idéalement, le temps que la douleur cesse, ne mangez pas quelques heures pour que le système digestif récupére (le patient n'a souvent pas d'appétit).

Inutile de jeûner pendant quelques jours. La réalimentation n'aggrave pas la diarrhée, elle compense la dette protéino-calorique due aux vomissements et à l'état infectieux lui-même. La réintroduction progressive d'aliments salés, riches en glucides, incluant des fibres alimentaires, aide à contrôler plus vite les symptômes (pâtes, riz, carottes cuites, biscuits salés, pain grillé).

Les liquides et électrolytes perdus de l'organisme doivent être remplacés par des préparations liquides riches en électrolytes. Buvez autant que possible des boissonts légèrement sucrées ou salées (jus de fruits, tisanes, thé, bouillon de légumes) par petites gorgées, en évitant les breuvages trop sucrés (par osmose, entretiennent les diarrhées) et les boissons gazeuses.

L'origine d'une gastro peut être médicamenteuse en particulier lors de la prise d'antibiotiques. Les symptômes communément associés à une GEA, (vomissements et diarrhées) peuvent également être le signe d'un empoisonnement (fruits de mer, champignons toxiques) ou d'infections systémiques (pneumonie, septicémie, etc.). Un interrogatoire précis et le contexte clinique, permettent d'éliminer ces hypothèses. Il faut bien distinguer la diarrhée hydro-électrolytique (eau) des GEA virales et le syndrome dysentérique (glaires et sang) des GEA bactériennes.

3/ Nouvelle chambre du froid Liebherr à la Pharmacie du Château, pour toujours plus de qualité.

Chambre froide Liebherr, la référence en froid médical, pour toujours plus de sécurité dans la chaîne du froid.

Auparavant chez nous, le contrôle de la chaîne du froid était réalisée par 2 systèmes indépendants : un thermomètre électronique MINI-MAXI à trois sondes en 3 points du frigo et une sonde enregistreuse autonome pour suivre et archiver la bonne conservation. Donc système doublé.

Dorénavant, ceci est optimisé. Envoi en temps réel sur nos ordinateurs, archivage automatique, surveillance toujours en continue avec envoi d'alarme sonore dans la pharmacie et par mail pour une réaction rapide. Et toujours les 2 précédents systèmes ajoutés : nous avons donc 3 systèmes de mesure redondants et 2 systèmes d'archivages indépendants.

D'autre part, la pharmacie dispose de 2 réfrigérateurs de secours en cas de panne.

Photos du système de suivi et d'archivage : http://www.pharmacie-beaumontsuroise.com/#Liebherr

4/ La grippe (suite)

Quels sont les traitements symptomatiques quand la grippe est là ? Le paracétamol est le traitement de référence avec le repos au chaud (et parfois au lit). Les AINS (ibuprofène) peuvent être utiles en deuxième intention en cas de manifestations inflammatoires ou de douleurs ne cédant pas sous paracétamol.

La toux est soulagée par des antitussifs qu'il faut arrêter quand la toux devient grasse. Des décongestionnants locaux améliorent le confort du malade. Alternative intéressante : Oscillococcinum, doses d'influenzinum 9 CH, L52…

Comment stimuler naturellement l'immunité ? La force de notre système immunitaire est déterminée génétiquement dès la naissance, mais par la suite le style de vie joue aussi un rôle. L'alimentation doit privilégier les produits riches en vitamines C (fruits et légumes), zinc, fer vitamine D. La micronutrition NHCo nous offre un complément exceptionnel, ENDOMUNE, riche en Echinacée, ginseng, vitamines, oligo-éléments, acides aminés.

Plus le corps est actif, plus le système immunitaire est efficace : trois quarts d'heure d'exercice physique par jour permettent d'améliorer les défenses de l'organisme. Il y a une relation entre stress et immunité et la relaxation a un effet positif.

5/ Traumatologie et dermatologie de l'hiver

a/ traumato : Les sports de glisse en hiver générent de petits accidents et traumatismes corporels (foulures, fêlures, déchirures, fractures…), par chocs brutaux avec un autre skieur ou une chute sur un rocher mais aussi par mécanismes indirects lors de la fuite d'un des skis dans une direction différente du corps (torsion du membre inférieur). Les zones du corps le plus souvent touchées sont les genoux, les mains/pouces et poignets, le crâne et la colonne vertébrale.

Prévention: «Le corps doit assumer le niveau sportif », prévient le docteur Bouvat, médecin du sport au CHU de Grenoble.

Préparation physique avant de reprendre ski ou toutes activités de sports d'hiver.

Equipement matériel adéquat (casque).

Evaluez votre niveau sportif et ne vous engagez pas sur des pistes trop difficiles. L'accès aux pistes rouges et noires est aujourd'hui facilité mais les chocs y sont violents par la vitesse des skieurs et par la forte fréquentation des lieux. 

Dispositifs orthopédiques: souples et renforcées par endroits, les orthèses actives autorisent le mouvement tout en assurant une certaine protection aux personnes ayant déjà subi un traumatisme corporel. «Elles permettent d'avoir une meilleure réactivité du membre blessé tout en augmentant ses capacités.»

Post-traumatique, quand l'accident vient de se produire. «Si la lésion est bénigne, qu'elle ne touche que les ligaments, on utilise une orthèse en première intention. Si l'atteinte est grave, on utilise une attelle d'immobilisation du membre ou de l'articulation pour préserver le patient de la douleur en particulier lors du transport vers un centre médical».

En prévention ou en traitement, les orthèses sont très différentes. Les dispositifs ligamentaires et articulaires sont adaptés à la zone à soigner. Les orthèses du genou proposent un renfort latéral pour maintenir les ligaments, un évidement antérieur conçu pour les problèmes de rotule, un dispositif stabilisateur pour suppléer les ligaments lésés… 

b/ dermatologie: le froid renforcé par le vent déssèche la peau, donnant xérose, gerçures, fissures, crevasses digitales, irritation des lèvres avec fissures et squames. Utilisez des crèrmes riches en glycérine, vaseline, huiles végétales hydratantes (Karité), certains silicones qui ont un effet occlusif. N'oubliez pas une protection UV sur toutes les zones exposées car le soleil altère aussi la barrière cutanée.

6/ Infection urinaire à répétition chez la femme : un traitement non antibiotique diminue de 89 % les récidives à 6 mois, c'est prouvé. Ces femmes ont intégré dans la muqueuse les bactéries, qui sont relâchées tous les mois, déclenchant la crise.

7/ Intelligence artificielle : un ordi apprend seul le GO et gagne contre le champion du monde. Amazon dans la course...ou comment vos achats sont utilisés pour vous profiler, savoir comment vous voterez... 

http://www.pharmacie-beaumontsuroise.com/#amazon

8/ Brèves : Je vais me faire opérer d'un Christ aux yeux verts.