Nos actualités santé

Par votre pharmacien

Pénurie de Pharmaciens : Lundi

Chers patients La pénurie nationale de pharmaciens m'oblige a diminué les horaires du lundi. A partir du 2 novembre :

Lire
pharmacie du château
95260
Beaumont sur Oise
horaires
lundi
Par votre pharmacien

Dr ETIA Emmanuel-Pierre

Nous accueillons un nouveau médecin généraliste à Beaumont sur Oise, le Dr ATIA Emmanuel-Pierre, cabinet des Docteurs Hami, Benbrahim, Minni et Etia. Pour vous patients sans médecin traitant, prenez rapidement contact si vous êtes intéressé. 16 Rue de l'Isle-Adam, 95260 Beaumont-sur-Oise 01 30 34 27 00

Lire
généraliste
ETIA
Beaumont sur Oise
Par votre pharmacien

Acide aminé L-glutamine NHCO

La L-Glutamine est une source d’acide aminé importante pour le cerveau, les cellules intestinales, les cellules de défenses immunitaires et les muscles. On le conseille notamment pour la protection digestiveet en association avec le zinc Zn, pour les défenses immunitaires.

Lire
L-glutamine
acide aminé
NHCO
Par votre pharmacien

Comparaison COVID-grippe espagnole 1918-1919

La pandémie de grippe espagnole de 1918-1919, par exemple, a donné lieu à 3 vagues successives : une première au printemps 1918, une seconde beaucoup plus mortelle à l’arrivée de l’automne, et une troisième dans son prolongement, qui a duré jusqu’au début du printemps de l’année suivante. En s’appuyant sur ce type d’expérience, on peut dire que la seconde vague débute lorsque la courbe des cas, des hospitalisations ou des morts commence à décoller. C’est le cas actuellement. La dynamique actuelle et les projections révèlent que l’épidémie n’est pas suffisamment contrôlée : à ce rythme, les capacités hospitalières vont être dépassées, lentement mais sûrement. Le flux de patients force déjà les hôpitaux à déprogrammer des opérations et à fermer des services, afin de repositionner leurs forces vives sur la prise en charge des patients Covid. D’où les annonces de cette semaine. C'est pour cela que certaines personnes en regardant les courbes sur internet, estiment que les autorités font du cinéma. Mais en fait, la vague risque de ne pas être très brutale mais d'être une vague de fond qui montera très haut.

Lire
COVID-19
grippe espagnole
1918-1919
vague

Nos astuces contre la dépression saisonnière

Le soleil s'en est allé, laissant derrière lui froid et déprime pour certains. Il existe plusieurs solutions pour lutter contre cette dépression saisonnière !

Lire
Automne

Quelques conseils en cas de bronchiolite

Si la bronchiolite peut s'avérer très grave et conduire votre bébé aux urgences, dans la majorité des cas, cela se passe bien. Michel Cymes prodigue quelques bons conseils pour de tout se passe bien.

Lire
bébé

Grippe : cette année, combinez vaccination et gestes barrières

La campagne de vaccination contre la grippe débute aujourd'hui. Cette année, plus que jamais, les autorités sanitaires recommandent de se faire vacciner afin d’éviter la cohabitation des virus saisonniers avec celui de Covid-19. 

Lire
Grippe
Par votre pharmacien

PROMO TOPICREM Lot Lait 500ml x 2 - 17,90 e

PROMOTION FLASH

Lire
PROMOTION
Par votre pharmacien

3 scénarios d'épidémie COVID-19

En se basant sur l’expérience des autres virus pandémiques émergents, il semble hautement probable qu’une seconde vague épidémique sera observée au cours de l’automne ou de l’hiver prochain », ajoutant : « cette vague pourrait avoir un impact supérieur à celui observé lors de la première vague. » Néanmoins, la réponse à cette probable deuxième vague devrait et « devra être différente de la réponse à la première vague », car bien sûr, si nous n’avons pas à ce jour « de médicament avec une activité virale directe ayant fait la preuve scientifique de son efficacité », nous disposons d’outils pour y répondre, considère-t-il. Pour réduire son impact, il y a les mesures barrières acquises lors de la période de confinement, l’utilisation des ressources diagnostiques, le contact tracing et l’isolement spontané des cas et des contacts, la meilleure prise en charge des formes graves, et l’hypothèse de trouver un traitement innovant efficace reste d’actualité. le Conseil scientifique propose 3 hypothèses pour l’hémisphère Nord sur la période de l’automne-hiver prochain, avec un retour du virus venant de l’hémisphère Sud, non exclusives entre elles.  

Lire
scénario
vague
COVID-19
Par votre pharmacien

Les œufs, bons ou mauvais pour la santé ?

Oubliez ce qu'on a dit sur la consommation des oeufs. En 2013, une analyse portant sur 17 études ayant inclus plus de 3 millions de participants a réaffirmé cette absence de lien entre consommation d’œufs et maladies cardiovasculaire Manger des œufs avec modération (trois à quatre œufs par semaine) s’avère inoffensif, et contribue utilement à l’apport en nutriments.

Lire
oeuf
cholestérol
Par votre pharmacien

Nutrition : pour bien vieillir, adaptez votre alimentation à l'âge

Le « paradoxe de l’obésité » Chez les sujets âgés et dans certaines pathologies chroniques (insuffisance cardiaque, respiratoire ou rénale par exemple), l’obésité pourrait être associée à une survie prolongée. En effet, de nombreuses maladies chroniques, lorsqu’elles deviennent sévères ou qu’elles se compliquent de pathologies aiguës, s’accompagnent d’anorexie (réduction des apports) et augmentent la dépense énergétique (augmentation des besoins) et peuvent entraîner une dénutrition. Le surpoids et l’obésité pourraient constituer une réserve énergétique qui limite la survenue de la dénutrition et ainsi améliore le pronostic.

Lire
obésité
3e âge
sujet âgé
pathologie
insuffisance cardiaque
surpoids
amaigrissant
activité physique
vitamine D
surveillance
Par votre pharmacien

Vaccination anti-HPV : baisse des cancers du col de l'utérus

Les registres de santé nationaux suédois sur la période de 2006 (année de l’introduction de la vaccination HPV chez les jeunes filles âgées de 13 à 17 ans) à 2017 montre que le vaccin quadrivalent est globalement associé à une réduction de 49% du risque de cancer du col. Dans cette population de plus 1,6 million de jeunes filles et femmes âgées de 10 à 30 ans, 19 cas de cancer ont été rapportés chez les femmes vaccinées (définies comme celles ayant reçu au moins une dose vaccinale) contre 538 chez les non-vaccinées. Soit une incidence cumulée de cancer du col de 47/100 000 vs 94/100 000.

Lire
HPV
papillomavirus
cancer
col de l'utérus